Les Léopards bientôt en stage !

Par Muko
1 126 Vues

La FECOFA a fini par appliquer sa volonté. Alors que les Léopards vont disputer en mars prochain les barrages d’accession à la Coupe du Monde 2022, l’instance a annoncé la tenue de deux stages de préparation dans le Golfe. Un premier du 27 décembre au 7 janvier (composé uniquement de joueurs évoluant en Afrique), puis un second du 24 janvier au 2 février (prévu pour l’ensemble du groupe). Sur le papier, ce programme apparaît comme une belle idée. Mais dans le fond, qu’en est-il réellement ?

Stage des locaux : une idée de Cùper, vraiment ?

Hector Cùper et son staff ont beau avoir terminé premiers du groupe en éliminatoires, un sujet fait encore grincer des dents à la Fédération : le manque de joueurs « locaux » dans le groupe. A plusieurs reprises, l’Argentin a été sommé de se tourner vers les « grands joueurs » du championnat local, notamment après la défaite à Madagascar. Mais le technicien de 66 ans était resté fidèle à ses positions, parvenant à qualifier la RDC pour le tour final en éjectant toute interférence.

Cette idée de stage réservé aux locaux n’est donc pas nouvelle. Et marque donc la volonté par certains membres de la Fédération d’orienter les choix de Cùper vers un championnat dont le niveau ne cesse pourtant de régresser ces dernières années. Cette volonté est-elle vraiment dans l’intêret de l’équipe nationale ? On peut se le demander…

Mais Cùper a donc fini par concéder l’idée d’un stage réservé aux locaux et aux joueurs évoluant sur le continent. Sur son site, la Fédération indique que le sélectionneur « veut mettre à niveau ces footballeurs et leur inculquer ses plans et sa philosophie tactique. » Mais « mettre à niveau » des joueurs confirmés est-ce vraiment le rôle d’un sélectionneur national ? Au lieu de lui organiser un stage avec des joueurs qui ne sont initialement pas dans ses plans, ne devrait-on pas le laisser peaufiner les siens ?

Deuxième stage : Cùper pourra-t-il avoir son groupe au complet ?

Dans ce cadre, le deuxième stage est bien plus prometteur. Prévu à Dubaï pour l’ensemble du groupe, son timing est idéal (deux mois avant les barrages) pour avoir un impact concret. Mieux encore, ce stage est bloqué en fonction du calendrier officiel de la FIFA. Ce qui devrait, en théorie, assurer la présence obligatoire des joueurs, sans qu’ils soient retenus par leurs clubs. A noter que stage sera ponctué d’un match amical face au Bahreïn le 1er février prochain.

Ainsi, la FECOFA devra se montrer intransigeante avec les clubs. Car cette fois, les lois de la FIFA seront de son côté. Et il faudra s’attendre à lutter, car plusieurs clubs concernés par des Léopards ont des matchs prévus durant cette fenêtre. En pleine course à la montée, Fulham ne sera, par exemple, pas enchanté à l’idée de céder Neeskens Kebano, indiscutable avec les Cottagers, alors que deux matchs de Championship sont au programme.

Idem pour la Pro League belge, qui a des matchs prévus les 26 et 29 janvier. Pour avoir Kayembe, Muleka and co, il faudra donc imposer la loi, mais surtout compter sur la volonté des joueurs. En effet, les clubs chercheront certainement à mettre la pression aux joueurs, et les inviter à décliner l’invitation. Et ces dernières années, peu de joueurs congolais ont affiché une grande fermeté face à leurs clubs dans des situations semblables. Espérons que cette fois, l’enjeu de ce stage prenne le pas !

 

Articles liés

P