Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 2 : Royaume-Uni

Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 2 : Royaume-Uni

@ 25 Août 19 8360

Deux années compliquées ont ponctué la fin de l’ère Ibenge, et l’échec de la CAN 2019 aura sans doute marqué la fin d’un cycle en sélection. Désormais, la mise en place d’une phase de reconstruction est nécessaire pour aborder les prochaines échéances. Pour la mener à bien, un renouvellement (et un rajeunissement) de l’effectif doit progressivement s’installer.  

Et cela tombe bien car les jeunes talents d’origine congolaise n’ont jamais été aussi nombreux en Europe. Présents aux quatre coins du Vieux Continent, leur apport serait bénéfique à cette nouvelle ère, en alchimie avec les locaux. S’ils ont grandi en Europe, beaucoup de ces jeunes sont dotés d’une fierté liée à leur ascendance congolaise qui ne demande qu’à être matérialisée par une sélection leur offrant des garanties de sérieux et de professionnalisme.   

Parmi eux, certains privilégieront “l’aspect sportif” et opteront pour le pays dans lequel ils ont grandi. Mais à l’instar de Cédric Bakambu, Marcel Tisserand ou Arthur Masuaku, d’autres choisiront de représenter la patrie de leurs ancêtres, bien qu’ayant porté le maillot d’une autre sélection en espoirs. Ils pourraient tenter d’apporter leur pierre à l’édifice du vaste chantier qu’est le football congolais.   

A l’aube de cette saison 2019-2020, leopardsfoot vous présente, pays par pays, les jeunes talents à suivre cette saison en Europe !   

PREMIER LEAGUE :  

JAPHET TANGANGA (Défenseur, 20 ans, Tottenham Hotspur) 

La pré-saison des Spurs l’aura révélé à un plus grand public. Mais ses performances de l’été n’ont pas surpris les scouts du football anglais, pour qui le potentiel de Tanganga est bien connu depuis plusieurs années. Vice-capitaine des U23 du club, le natif de Hackney (Londres) est considéré comme la plus belle promesse de l’académie au poste de défenseur. 

Sélectionné pour disputer l’Audi Cup contre le Real Madrid, le Bayern Munich et et Fenerbahçe. Il a également disputé les matchs amicaux de pré-saison contre la Juventus, l’Inter Milan et Manchester United. Nullement impressionné par ces armadas offensives, le défenseur central de 20 ans a impressionné. Doté d’une excellente lecture du jeu et d’un bon sens de l’anticipation, il s’est aussi distingué par son calme en possession et sa lucidité. Bien aidé par son gabarit, c’est également un très bon joueur de tête. 

Professionnel depuis 2017 dans son club formateur, il forme avec Jonathan Dinzeyi, également d’origine congolaise, la charnière centrale titulaire en U23. Toutefois, la concurrence offerte par Toby Alderweireld, Jan Verthongen, Davinson Sanchez et Juan Foyth ne lui concède qu’une cinquième place dans la hiérarchie des Spurs. Ainsi, ses chances de s’imposer avec l’équipe première dans un futur proche restent minces. Un prêt en Championship semble donc être idéal pour poursuivre son développement dans un futur proche.

International U20 avec l’Angleterre, il a remporté le tournoi de Toulon 2017 avec les Three Lions. Le joueur n’a, semble-t-il, jamais été sollicité par son pays d’origine. Nouer un premier contact serait peut-être intéressant…

AXEL TUANZEBE (Défenseur, 21 ans, Manchester United) 

Le défenseur central de 21 ans a franchi un palier la saison dernière. Prêté à Aston Villa, il réalisait une campagne 2018-2019 étincelante en Championship, participant activement à la montée du club. Désormais, le natif de Bunia va tenter sa chance dans son club formateur. Très apprécié par Ole Gunnar Solksjaer, qu’il a impressionné durant la pré-saison, il démarre troisième dans la hiérarchie des stoppeurs (derrière Harry Maguire et Viktor Lindelöf). Cependant, il devrait certainement se voir confier une chance de briller. 

Disposant des atouts du stoppeur moderne (rapide balle au pied et plutôt doué techniquement), il n’omet pas ses fondamentaux et reste un défenseur dur sur l’homme. Fin tacleur, il possède également un bon sens de l’anticipation. Autant de qualités qui ont su convaincre José Mourinho en juillet 2016, après dix petites minutes disputées par Tuanzebe en match amical contre Wigan : “10 minutes sur le terrain ont été suffisantes ! Concernant Axel, le potentiel est là, vous le détectez immédiatement” s’était alors exprimé l’ancien coach des Red Devils au sujet du joueur.  

Né dans l’Ituri mais ayant grandi à Rochdale, dans la banlieue mancunienne, Axel Tuanzebe n’a acquis que récemment la nationalité britannique. Avant 2016, il n’était pas considéré comme immédiatement sélectionnable pour l’Angleterre en raison “d’incertitude sur ses intentions internationales” selon le sélectionneur des espoirs Aidy Boothroyd. La RDC n’a malheureusement pas essayé d’en profiter… Et le voilà désormais international espoirs avec les Three Lions. La partie n’est, cependant, pas totalement perdue pour les léopards, pour lesquels Tuanzebe représenterait un atout indéniable…  

A lire également le concernant :

AXEL TUANZEBE : LUMIERE SUR LA PEPITE DE BUNIA

AARON WAN-BISSAKA (Défenseur, 21 ans, Manchester United)

Le plus connu de cette liste… Mais pas le plus abordable pour la RDC. Désormais titulaire à Manchester United, qui l’a recruté à Crystal Palace pour 45 millions de livres (plus 5 millions de bonus), le natif de Croydon s’affirme petit à petit comme l’un des meilleurs joueurs de Premier League à son poste. Impressionnant dès ses premières sorties avec son club formateur, sa progression était devenue trop large pour ce dernier.  

Latéral droit complet, il est surnommé The Spider (l’araignée) en Angleterre pour son excellente qualité de tacle et sa capacité à utiliser ses longs compas pour venir récupérer des ballons loin de lui. Difficile à passer, il ne s’est fait dribbler que 7 fois au cours de la saison dernière (sur 35 matchs disputés) au sein d’une équipe jouant le maintien, dans un championnat qui compte pourtant nombre d’experts en la matière. Une statistique exceptionnelle pour un joueur de couloir. Offensivement, il n’est pas en reste et possède une très bonne vitesse de pointe et sa formation d’ailier lui confère des qualités de dribble. S’il parvient à améliorer sa qualité de centre, qui reste son principal défaut, il pourrait devenir un des meilleurs latéraux du monde.

Mais pour la RD Congo, le cas Wan-Bissaka est particulièrement frustrant. En effet, le jeune Aaron acceptait en octobre 2015 de défendre les couleurs des léopards en U20 contre… l’Angleterre. Mais ayant souffert d’une préparation compliquée et d’un manque d’automatismes, les léopardaux étaient rossés 8-0 par les anglais. De quoi refroidir l’élan patriotique du jeune homme. Par la suite, plus rien pendant trois ans… jusqu’à ce qu’un appel des espoirs anglais vienne chiper le joueur à son pays d’origine. Il a notamment disputé l’euro en juin dernier, n’effectuant qu’une seule apparition contre la France (défaite 1-2) ponctuée d’un but contre son camp. Mais en dépit de ses débuts délicats avec les Three Lions, Aaron Wan-Bissaka leur semble désormais promis. Seule la concurrence présente en équipe d’Angleterre à son poste (Trippier, Walker, Alexander-Arnold) pourrait faire espérer un revirement de situation.  

Lire également à son sujet :

Léopards : les U18 congolais craquent face à l’Angleterre

EZRI KONSA (Défenseur, 21 ans, Aston Villa) 

Produit de la très réputée académie de Charlton, Ezri Konsa Ngoyo disputera sa première saison dans l’élite britannique. Débarqué à Aston Villa cet été en provenance de Brentford, le natif de Newham (Londres) a été recruté comme joueur d’avenir, mais tentera de s’imposer avec le promu dès cette saison. Car s’il démarre troisième, voir quatrième choix dans la hiérarchie actuelle à son poste, son talent et sa polyvalence pourraient l’aider à grapiller du temps de jeu. 

Défenseur central de formation, il est également capable d’évoluer latéral droit ou milieu récupérateur. Doué dans les un-contre-un, il impressionne notamment par son calme, son timing dans les interceptions et sa confiance balle au pied pour un joueur défensif.  

International espoirs anglais depuis les U20, il disputait le championnat d’Europe U21 avec les Three Lions en juin dernier, mais ne jouait que 40 minutes au cours du tournoi. Né d’un père Congolais et d’une mère Angolaise, il n’a pas encore été sollicité par son pays d’origine.  

BENI BANINGIME (Milieu, 20 ans, Everton) 

 

Considéré comme la plus belle promesse de l’académie des Toffees il y a deux ans, Beni Baningime a quelque peu disparu de la circulation. Entre une blessure à la cheville qui freinait sa progression et un prêt fantôme en Championship pour la deuxième partie de saison dernière (1 seul match joué), le joueur n’a, pour l’instant, pas connu l’essor espéré. Mais à tout juste 20 ans, le natif de Kinshasa ne manque pas de temps devant lui, ni de potentiel… 

Milieu défensif rugueux et énergique, doté d’une bonne qualité de passe et d’une vision du jeu précoce, Baningime s’était révélé lors d’un match de Carabao Cup perdu contre Chelsea (1-2) en octobre 2017. Âgé de 18 ans à peine, il s’imposait comme le meilleur joueur des siens. Sous les ordres de Sam Allardyce, il effectuait par la suite huit apparitions en Premier League au cours de la saison. Malheureusement, il se blessait à l’aube de l’édition 2018-2019 et ne bénéficiait pas de la confiance du nouvel entraîneur, Marco Silva, qui le cantonnait à la réserve. Par la suite, son prêt manqué à Wigan l’hiver dernier reste un mystère. Revenu à Everton, il est actuellement titulaire avec les U23 du club, mais devrait chercher une nouvelle  porte de sortie en prêt, en Angleterre ou à l’étranger. 

Interrogé deux ans plus tôt sur ses intentions internationales, le joueur ne fermait pas la porte aux léopards pour l’avenir.Je n’ai pas encore décidé (entre l’Angleterre et la RDC, ndlr)… Mon père et moi devrons en parler. Pour l’instant, nous nous focalisons sur ma carrière en club avant tout” déclarait-il à la BBC. Alors que sa très jeune carrière connaît actuellement un creux, la RDC serait peut-être bien inspirée de lancer une opération séduction pour attirer un joueur qui, rappelons-le, ne manque pas de talent. Il sera peut-être trop tard lorsqu’il rebondira…

CHAMPIONSHIP :  

GRADY DIANGANA (Ailier, 20 ans, West Brom) 

S’il parvient à être régulier, Grady Diangana peut faire mal à la Championship cette saison. Prêté par West Ham à West Bromwich, l’ailier anglo-congolais devrait bénéficier d’un temps de jeu conséquent avec les Baggies. Révélé la saison dernière, il profitait de la grave blessure d’Andriy Yarmolenko pour faire son trou dans l’équipe première et disputer 17 matchs de Premier League pour son club formateur. Auteur de prestations remarquées, il fait étalage d’un potentiel très intéressant mais le retour de l’international ukrainien le condamnait à un temps de jeu réduit cette saison. Pour l’aider à poursuivre sa progression, tout en comptant sur lui pour l’avenir, le natif de Kinshasa est prêté sans option d’achat à West Brom, qui vise une montée en Premier League.  

Ailier très agile, doué techniquement et doté d’une belle capacité d’accélération, il possède également une belle patte gauche. Habitué à jouer “faux-pied” sur l’aile droite pour repiquer, il peut également évoluer milieu offensif ou sur l’aile gauche.  

Arrivé en Angleterre à l’âge de quatre ans, il grandit à Londres et obtient la nationalité anglaise. Ses performances en Premier League la saison passée ont attiré les espoirs anglais, qui lui offraient sa première sélection en novembre dernier. Cependant, le joueur ne serait pas opposé à l’idée de représenter la RDC au niveau international, et possède toujours des liens forts avec le pays de ses parents, qui l’a vu naître. Comme nombre de joueurs dans son cas, Diangana devra donc faire un choix. En espérant qu’il privilégiera le léopard au lion…  

JONATHAN LEKO (Ailier/Attaquant, 20 ans, Charlton)

En avril 2016, Jonathan Leko Jonathan Leko faisait ses débuts en Premier League avec West Bromwich à l’âge de 16 ans et 344 jours,. Entré en jeu contre Sunderland, il impressionnait par ses jambes de feu et ses accélérations. Trois semaines plus tard, il devenait contre West Ham le premier joueur né en 1999 à débuter un match de Premier League. Mais, comme beaucoup de talents lancés très tôt, le natif de Kinshasa a peiné à enchaîner. Car si la relégation des Baggies aurait dû lui permettre d’exploser en Championship, il s’illustre surtout par une irrégularité chronique et retrouve les U23 après un prêt peu convaincant à Bristol. Prêté à Charlton cette saison, le joueur formé à West Bromwich devrait bénéficier d’un temps de jeu nécessaire à sa progression. Il effectue des débuts encourageants avec le promu cette saison, comptant déjà deux passes décisives en quatre matchs disputés.  

Ailier très rapide, provocateur et imprévisible, Jonathan Leko est un joueur spectaculaire. Grand amoureux du ballon, il a parfois tendance à vouloir “en faire trop” avec celui-ci et éprouve parfois des difficultés à le lâcher au bon moment. Capable d’évoluer à droite comme à gauche, il évolue avant-centre depuis son arrivée à Charlton.  

International espoirs depuis les U16 avec l’Angleterre, il n’a cependant pas été appelé depuis 2017 et sa baisse de régime en club. S’il semble moins en vue que lors de ses débuts en Premier League à 16 ans, il conserve une belle marge de progression. Arrivé en Angleterre à 8 ans depuis Kinshasa, il pourrait se montrer réceptif à l’appel de son pays d’origine… Affaire à suivre.  

PELLY RUDDOCK (Milieu, 25 ans, Luton)  

Peut-être le moins connu de cette liste, mais l’un des plus réguliers avec son club ! Formé à West Ham où il a rarement eu sa chance avec l’équipe première, Pelly-Ruddock Mpanzu est un élément essentiel de la montée de Luton en Championship cette saison. Titulaire indiscutable chez les Hatters, où il évolue depuis 2013, il tentera de montrer ses qualités dans l’antichambre de l’élite cette saison.  

Puissant relayeur au profil box-to-box et doté d’une lourde frappe de balle, il est à l’aise des deux pieds et couvre un énorme volume de jeu à chaque match.  

Jamais sélectionné en équipe espoirs, sa carrière internationale reste vierge. Il n’a pas encore été approché par le pays de ses parents, alors que les léopards manquent cruellement de joueurs à son poste… 

ISAAC MBENZA (Ailier, 23 ans, Huddersfield) 

Après une saison prometteuse à Montpellier en 2017-2018, Isaac Mbenza aurait certainement mérité mieux qu’Huddersfield pour continuer sa progression. Malheureusement, une brouille avec Michel Der Zakarian, entraîneur du club, le poussait vers la sortie. Les Terriers, qui avaient réussi à se maintenir en Premier League, sautent alors sur l’occasion. Malheureusement, ils ne tiendront pas deux années de suite dans l’élite et le joueur se retrouve désormais en Championship, sans avoir pu correctement tirer son épingle du jeu au sein d’une équipe clouée à la dernière place toute la saison. Dommage, car le natif de Saint-Denis est un joueur talentueux. S’il parvient à se démarquer en Championship cette saison, il pourrait être sollicité.  

Ailier au style de jeu direct et percutant, il possède également une grosse frappe de balle et un œil pour le but. Très rapide malgré son gabarit imposant (1m87), il est capable d’évoluer à droite comme à gauche.  

Né en France, Mbenza a déménagé avec sa famille en Belgique à l’âge de cinq ans, et porte les couleurs des Diablotins en U23. Joueur important du dispositif de Johan Walem, il a disputé l’euro en mai dernier, pour sa dernière compétition en espoirs. Car désormais âgé de 23 ans, il ne pourra plus être appelé en sélection de jeunes. Alors que la concurrence fait rage à son poste chez les Diables Rouges, le moment est peut-être venu de se manifester pour la RDC… 

ALDO KALULU (Attaquant/Ailier, 21 ans, Swansea) 

Formé à Lyon, sa ville natale, Aldo Kalulu Kyatengwa s’est surtout révélé lors de son prêt à Sochaux en 2017-2018. Auteur de 12 buts et 2 passes décisives en 35 matchs de Ligue 2, il avait pu lancer sa carrière et faire oublier un prêt compliqué à Rennes l’année précédente. Transféré au FC Bâle à l’issue de la saison, il ne réalise pas les performances espérées en Suisse, voyant sa saison marquée par une méforme et des blessures (1 seule passe décisive en 17 matchs de championnat). Une période terne qui n’empêche pas Swansea, convaincu des qualités du joueur, de s’attacher les services de ce dernier en prêt.  

En effet, Kalulu reste très jeune, et dispose d’un potentiel intéressant malgré un début de carrière irrégulier. Très rapide et bon dans les un-contre-un, c’est un joueur polyvalent, capable d’opérer sur tous les fronts de l’attaque. Malgré sa taille (1m66), il est relativement robuste et résiste aux charges des adversaires. Son style est assez similaire à celui de Cedrick Mabwati, figure importante de la génération Mulunge. 

Sélectionné à trois reprises avec la France en U18, sa dernière sélection remonte à 2013. S’il vise un avenir international, son pays d’origine apparaît beaucoup plus accessible. Et il ne fait aucun doute qu’un Kalulu en confiance pourrait rendre de fiers services à la RDC.