Brandon Onkony : “Sur le papier, nous sommes aussi bons que le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou l’Algérie”

Brandon Onkony : “Sur le papier, nous sommes aussi bons que le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou l’Algérie”

@AzamAndrew 01 Juin 20 1833

À la découverte de Brandon Onkony, jeune défenseur de 22 ans d’Hobro IK, club de première division danoise qu’il a récemment rejoint après avoir effectué sa formation en Suisse et au Canada, à l’Impact Montréal. Dans un entretien avec notre rédaction, Brandon évoque son récent transfert, ses ambitions pour la saison prochaine et l’équipe nationale de la RDC qu’il suit régulièrement.

Bonjour Brandon, peux-tu te présenter au public congolais et retracer ton parcours en tant que footballeur ?

Bonjour, je m’appelle Brandon Onkony, je suis né à Montreux en Suisse, le 2 décembre 1997. J’ai la faculté d’évoluer à tous les postes en défense, mais mon poste de prédilection est celui de défenseur central, là où j’évolue actuellement dans mon club au Danemark.

J’ai commencé le football à l’âge de 7 ans, dans le club de ma ville (La Tour De Peilz en Suisse). À 13 ans, j’ai intégré la sélection du Team Vaud (Lausanne Sports) jusqu’en U16. A 16 ans, je suis parti au Canada, où j’ai joué pour l’Impact Montréal en U18 et avec l’équipe réserve, puis avec le Toronto fc. Aujourd’hui, j’évolue pour HOBRO IK en super ligue danoise.

Quel est ton style de jeu ?

J’ai un style athlétique, agressif et rapide. Je suis également assez costaud dans les duels, habile des deux pieds, et plutôt bon dans l’analyse de jeu.

Tu as signé dans ton club actuel, au Danemark en juillet 2019. Comment s’est passée ton intégration dans ton nouveau club ?

Mon intégration s’est bien passé, la super ligue danoise étant un championnat assez fermé, il nécessite d’être tactiquement au point, et en tant que défenseur central, je pense avoir progressé sur cet aspect-là.

Seras-tu encore un joueur d’Hobro IK la saison prochaine ?

Mon contrat se termine le 31 juillet 2020, tout peut arriver. J’ai reçu quelques propositions, notamment venant d’Allemagne ainsi que d’autres championnats, auxquelles je réfléchis encore, afin de faire les meilleurs choix pour la suite de ma carrière.

Comme tous les championnats, la SuperLigaen a été interrompue à cause du Covid-19. Malgré cela comment juges-tu ta première saison au club ?

Ma première saison est satisfaisante, je continue de progresser rapidement, et je gagne en maturité dans mon jeu. J’applique les conseils du coach, et je m’impose mieux sur le terrain.

Que peux-tu nous dire par rapport à ton passage au Canada ? Selon toi, qu’est-ce que ton passage là-bas t’a apporté ?

Le football en Amérique du Nord est porté sur l’aspect athlétique, cela m’a apporté physiquement, et se fait ressentir dans mon jeu qui est beaucoup plus costaud. J’ai eu également l’opportunité de m’entraîner avec les groupes professionnels du FC Montréal et du Toronto FC, avec des joueurs tels que Drogba, Van Der Wiel, Giovinco, ou encore Chris Mavinga jouant au même poste que moi, avec qui j’échange régulièrement et qui me conseille beaucoup.

Tu es un jeune joueur à la nationalité suisse. Tu as donc commencé le football dans ce pays. Pourquoi avoir quitté la Suisse si tôt ?

Mon départ de la Suisse vers le Canada était d’ordre familial, et j’y ai vu aussi une opportunité d’intégrer l’académie de l’Impact Montréal, qui s’était présenté à moi.

As-tu déjà été contacté par la sélection suisse (que ce soit en jeunes ou en A) ?

Non, il n’y a pas eu de contact établi avec la sélection suisse.

Quels sont tes objectifs et ambitions personnelles pour la saison prochaine ?

Mon objectif pour la saison prochaine est d’avoir une saison complète dans les jambes, de pouvoir jouer le plus de matchs possible et être décisif, défensivement, mais aussi offensivement, en marquant quelques buts importants.

Tu es Congolais, donc nous nous devons de te poser la question. As-tu déjà été contacté par la sélection congolaise (que ce soit en jeunes ou en A) ? Si oui, par qui et quand ?

J’ai pu entrer en contact avec le coach Eric Tshibasu, sélectionneur de l’équipe nationale de la RDC des U20, en 2017 et 2018.

Il t’arrive de suivre la sélection congolaise lorsqu’elle joue. Que penses-tu de la sélection ?

Oui je suis régulièrement la sélection de la RDC. Je pense que le Congo a un vivier de joueurs incroyables, que ce soit en défense, au milieu, ou en attaque. Sur le papier, nous sommes aussi bons que le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou l’Algérie. Je pense qu’avec la qualité de travail du nouveau staff, par le biais des Coachs Nsengi et Oualembo, nous pourrons, dans le futur, réaliser de bons résultats.

Si dans un futur proche le staff de la sélection t’appelait, viendrais-tu en sélection ?

Si on faisait appel à moi, je viendrais sans hésiter. Pourquoi pas à court terme, participer à un tournoi avec les U23, pour ensuite intégrer le noyau des A. j’ai un profil similaire à plusieurs joueurs de l’Équipe nationale, la seule différence est leur expérience, au plus haut niveau. À moi de faire mes preuves lors des prochaines saisons.

Quelles sont tes ambitions avec la sélection congolaise ?

Remporter la Coupe d’Afrique, et se qualifier pour la coupe du monde.

Pour finir, quel message pourrais-tu transmettre aux supporteurs congolais ?

Je leur dirai de continuer à nous supporter, car beaucoup de bonnes choses positives arrivent pour notre sélection et notre pays, et nous aurons toujours besoin d’eux.