RDC-Gabon (0-1) : l’humiliation de trop

Par Muko
649 Vues

Pour qualifier le Gabon, nous avions mentionné la solidarité… qui s’est vérifiée. Avec une délégation de 17 membres, dont 13 joueurs de champ, sans les cadres, et qui a débarqué par avion deux heures avant la rencontre, les Panthères sont allés chercher, couteau entre les dents, une victoire à Kinshasa. Et du côté des Léopards, la situation commence à être inquiétante… Il sera impératif de redresser la barre mercredi à Omdurman.

Une déroute qui en dit long…

Pour la première fois depuis 2018, la RDC s’est inclinée à domicile. Et au vu de l’irrégularité affichée par la sélection depuis, il est même surprenant que cette invincibilité ait duré 3 ans.

Le triste spectacle auquel on a assisté hier soir confirme une chose : prolonger, et même nommer Hector Cùper était une grosse erreur de jugement de la part des dirigeants. Quel que soit le résultat à Omdurman, l’Argentin et son staff doivent impérativement être limogés après la rencontre. Laisser tous ses joueurs créatifs de côté, démarrer une rencontre sans aucun tireur de coups de pied arrêtés, aligner une paire d’attaquants au profil bien trop semblable… un an après son arrivée, le staff n’a plus aucune excuse pour ce genre d’erreurs.

Disposés en un 4-4-2 inoffensif et désuet dont Señor Cùper à le secret, les Léopards se sont montrés apathiques du début à la fin. Peu d’envie, peu d’intentions, et surtout, aucune coordination. Pour trouver un exemple probant, pas besoin d’aller chercher très loin : l’unique but de la rencontre. A la 22ème minute, Mukoko Amale est pris dans son dos par le long ballon d’André Poko. Babicka lobe ensuite Kiassumbua mais Tisserand, qui a bien suivi, dégage en catastrophe, plein centre. A la réception, Meye rate son contrôle, ce qui laisse à Moutoussamy le temps d’intervenir. Le Nantais renvoie le ballon en l’air sur Muleka qui remet de la tête en retrait pour… personne.

Ce manque de coordination va se payer cash. Poko récupère le ballon perdu sur un couloir encore déserté par Mukoko, ce qui lui laisse tout le temps d’ajuster un centre sur la tête de Shavy Babicka. Lâché au marquage par Idumba au départ de l’action, l’attaquant de l’Aris Limassol profite d’une main trop molle de Kiassumbua pour l’ajuster. Même à huis clos, le  Stade des Martyrs est climatisé.

… avec la responsabilité des joueurs

Malgré quelques tièdes tentatives, les Congolais ne reviendront pas au score. Et contrairement au naufrage de Franceville il y a plus d’un an, où l’équipe était amputée de huit joueurs, aucune excuse n’est valable. Si l’on compare les deux onze hier soir, le Congolais était indéniablement supérieur. Ce résultat est donc une énorme contre-performance.

Ainsi, en plus du schéma étriqué de Cùper et du manque de vision des dirigeants en le conservant, les joueurs ont donc une très grosse part de responsabilité. Ne pas trouver les ressources nécessaires pour battre des Gabonais sans Aubameyang (retraite internationale), Lemina et Ndong (conflit avec la Fédération), Boupendza et Bouanga (qui n’ont pas voyagé), Allevinah et Ecuele Manga (blessés) et qui étaient encore dans l’avion deux heures avant le coup d’envoi, c’est la honte totale.

Hier soir, les erreurs individuelles se comptaient en pagaille. Parmi les titulaires, seuls Moutoussamy, Wissa et Tisserand se sont montrés à la hauteur de l’enjeu. Des latéraux qui centraient au troisième poteau, un milieu coupé en deux, une paire d’attaquants statique… rien n’allait. Parmi les entrants, seuls Kebano (dont on se demande toujours ce que Cùper attend pour le titulariser) a apporté.

Corrigé 3-0 à Nouakchott par la Mauritanie, le Soudan tentera de réagir à domicile pour éviter de se mettre en difficulté pour le reste de la campagne. Et malheur au vaincu…

Notes

KIASSUMBUA : 3

MUKOKO : 3

IDUMBA : 3

TISSERAND (c) : 5 

NGONDA : 4

BASTIEN : 3 (KAYEMBE 4)

MOUTOUSSAMY : 5

AKOLO : 3 (KEBANO 5)

WISSA : 5 (BOLINGI NON NOTE)

MULEKA : 3 (MESCHACK 4)

MALANGO : 3

Articles liés

P