RDC-Gabon : aujourd’hui, que valent les Panthères ?

Par Muko
973 Vues

Retrouvailles entre félins. Les Léopards reçoivent ce samedi leurs homologues gabonais au Stade des Martyrs, pour lancer la campagne d’éliminatoires à la CAN 2023. Des retrouvailles qui s’annoncent salées face à un adversaire qui a contribué à priver les Léopards d’une participation à la dernière CAN. Et pour démarrer avec de la confiance, une victoire est fortement recommandée. Mais depuis mars 2021 et la dernière confrontation avec la RDC, la tanière gabonaise a été secouée, et a bien évolué… et aujourd’hui, que vaut la bande à Patrice Neveu ?

Une tanière légèrement remaniée…

Il n’y a pas que chez les Léopards qu’il y a eu du mouvement…

En effet, les Panthères attaqueront dorénavant sans leur tête d’affiche, Pierre-Emerick Aubameyang. L’avant-centre du FC Barcelone (32 ans) a annoncé le mois dernier sa retraite de la sélection nationale, qu’il quitte sur une note polémique. Renvoyé de la sélection dans des circonstances troubles avec Mario Lemina (Nice) au début de la CAN, l’ancienne star des Panthères et son compère ne seront donc pas de la partie. Idem pour Didier Ndong (Dijon), également en froid avec la sélection. Blessé à l’entraînement, le capitaine Bruno Ecuele Manga est incertain, même s’il a fait le voyage à Kinshasa. Enfin, le feu follet Jim Allevinah (Clermont) est blessé. Pour le reste, c’est du classique avec Guelor Kanga, André Biyogho Poko, Denis Bouanga et Aaron Boupendza qui seront du voyage.

Sur le papier, le Gabon se présentera donc amputé de quelques cadres. Mais quel est le réel poids de ses pertes ?

… mais très solidaire

Et bien, si l’on se fie à la dernière CAN… il n’est pas si lourd que ça. Pourtant brutalement privés de leur meilleurs éléments à l’aube du tournoi, les Panthères ont plutôt fait bonne figure. Placés dans un groupe ouvert avec le Ghana, le Maroc et les Comores, les hommes de Patrice Neveu ont pris cinq points (victoire face aux insulaires, matchs nuls avec les Black Stars et les Lions de l’Atlas). Sortis aux tirs au but par le Burkina Faso, futur demi-finaliste, en huitièmes de finale, les Gabonais n’ont pas démérité.

Valeureux et appliqués, Denis Bouanga et les siens dégageaient beaucoup d’assurance dans le jeu, malgré l’absence de leurs cadres techniques. Et surtout, l’absence d’Aubameyang a permis à un autre d’endosser le rôle de leader…

L’homme à suivre : Aaron Boupendza

Issama Mpeko doit encore faire des cauchemars de son jeu de jambes qui l’avait mystifié, avant de le voir ajuster Kiassumbua d’une lourde frappe sous la barre. Alors à Hatayspor (D1 turque) où il allait boucler une saison à 22 buts, le gaucher commençait a exploiter son fort potentiel avec sa sélection. En effet, celui qui est considéré comme « l’enfant terrible » du football gabonais est pétri de talent. Vif, technique et très explosif, ce gaucher est aussi à l’aise sur les ailes qu’en pointe de l’attaque.

Et s’il a cédé aux sirènes du Qatar après sa belle saison en Turquie, le joueur de 25 ans soigne ses stats avec Al-Arabi (8 buts et 5 assists en 16 matchs). En sélection, Patrice Neveu et les supporters gabonais l’ont adoubé comme le nouveau leader de l’attaque. C’est d’ailleurs lui qui va hériter du numéro 9  d’Aubemeyang. Tout, sauf un hasard… les Léopards sont prévenus !

Articles liés

P