Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 1 : Allemagne

Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 1 : Allemagne

@ 17 Août 19 5603

Deux années compliquées ont ponctué la fin de l’ère Ibenge, et l’échec de la CAN 2019 aura sans doute marqué la fin d’un cycle en sélection. Désormais, la mise en place d’une phase de reconstruction est nécessaire pour aborder les prochaines échéances. Pour la mener à bien, un renouvellement (et un rajeunissement) de l’effectif doit progressivement s’installer. 

Et cela tombe bien car les jeunes talents d’origine congolaise n’ont jamais été aussi nombreux en Europe. Présents aux quatre coins du Vieux Continent, leur apport serait bénéfique à cette nouvelle ère, en alchimie avec les locaux. S’ils ont grandi en Europe, beaucoup de ces jeunes sont dotés d’une fierté liée à leur ascendance congolaise qui ne demande qu’à être matérialisée par une sélection leur offrant des garanties de sérieux et de professionnalisme.  

Parmi eux, certains privilégieront “l’aspect sportif” et opteront pour le pays dans lequel ils ont grandi. Mais à l’instar de Cédric Bakambu, Marcel Tisserand ou Arthur Masuaku, d’autres choisiront de représenter la patrie de leurs ancêtres, bien qu’ayant porté le maillot d’une autre sélection en espoirs. Ils pourraient tenter d’apporter leur pierre à l’édifice du vaste chantier qu’est le football congolais.  

A l’aube de cette saison 2019-2020, leopardsfoot vous présente, pays par pays, les jeunes talents à suivre cette saison en Europe !  

 

BUNDESLIGA 

RIDLE BAKU (21 ans, Milieu de terrain, Mayence) :  

Une véritable pépite à suivre en Bundesliga. Né à Mayence en 1998, six ans après l’arrivée de ses parents depuis le Congo, Bote Nzuzi Baku pourrait franchir un grand palier cette saison. Surnommé “Ridle” depuis son enfance, ce milieu relayeur signe son premier contrat professionnel en 2017 dans son club formateur. Impressionnant avec la réserve, il grapillait 4 apparitions en Bundesliga au cours de la saison 2017-2018, déployant notamment une performance impressionnante face au Borussia Dortmund avec un but à la clé. 

Alors qu’il démarrait l’édition 2018-2019 dans la peau d’un titulaire, il subissait une déchirure à la cheville contre Mönchengladbach au bout de la huitième journéeet voyait sa saison prometteuse subir un coup d’arrêt. Rétabli en janvier dernier, il ne jouait que sporadiquement jusqu’à la fin de la saison. Mais avec le départ de Jean-Philippe Gbamin pour Everton, il pourrait être investi d’un rôle important au sein d’un club qui compte beaucoup sur lui pour le futur. 

Et pour cause… le joueur est pétri de qualités. Relayeur moderne au profil box-to-box, doté d’une bonne qualité de passe et incisif dans ses projections vers l’avant, son profil est typiquement celui qui a manqué aux léopards durant la CAN 2019. Actuellement international espoirs avec la Nationalmannschaft, il n’a pas encore été approché par son pays d’origine.  

 

JEAN-PHILIPPE MATETA (22 ans, attaquant, Mayence) 

Avec 14 buts inscrits pour sa première saison en Bundesliga, Jean-Philippe Mateta annonçait la couleur l’an dernier. Après des débuts poussifs, ce longiligne attaquant est monté en puissance au fil de la saison, justifiant finalement son statut de recrue la plus chère de l’histoire de Mayence (8 millions d’euros) par le titre de meilleur buteur du club.  

Né à Sevran (banlieue parisienne) où il a grandi, il se révèle à Châteauroux (Ligue 2) en 2015-2016, inscrivant 16 buts qui poussent l’Olympique Lyonnais à miser sur lui à l’issue de la saison. Confronté au manque de temps de jeu chez les Gones, il est prêté un an plus tard au Havre, en Ligue 2, où il plante 20 buts en 2017-2018. Il revient ensuite à l’OL ou il voit encore son avenir immédiat bouché. Impatient d’avoir du temps de jeu dans un championnat majeur, il prend la tangente et s’engage avec les Nullfünfer.  

Comme son coéquipier Baku, Jean-Philippe Mateta possède un talent pur et une grosse marge de progression. Très à l’aise dans le jeu aérien (bien aidé par son mètre 92), il est doté d’un bon sens du placement et dispose d’une bonne vitesse de course pour un joueur de son gabarit. Capable de jouer dos au but comme en profondeur, il possède un profil assez complet, mais tend également à être irrégulier, qui peut s’expliquer par son jeune âge.  

International espoirs avec la France, il a disputé l’Euro avec les Bleuets, cet été, marquant notamment l’unique but des siens lors de la déroute contre l’Espagne en demi-finale (1-4). Fils de Philippe Mateta, ancien joueur professionnel congolais, le joueur ne sera sans doute pas une priorité immédiate pour Christian Nsengi en attaque… Il possède à peu près les mêmes attributs que Silas Wamangituka, qui sera certainement appelé en priorité. Cependant, devant la multitude des candidats à la succession d’Olivier Giroud en équipe de France – que vise sans doute Mateta – et les qualités intrinsèques du joueur, on le verra peut-être sous la tunique congolaise un jour…  

 CHRISTOPHER NKUNKU (21 ans, Milieu de terrain, RB Leipzig)  

La jeune carrière de Christopher Nkunku va prendre un tournant cette saison. Pour la première fois, le joueur formé au PSG va devoir endosser un rôle de titulaire, qui plus est au sein d’une équipe jouant les premiers rôles en Bundesliga. Face à l’embouteillage au milieu dans son club formateur, il quitte ce dernier cet été après 78 matchs disputés sous ses couleurs, contre un chèque de 13 millions d’euros. 

Joueur polyvalent, très endurant et doté d’une belle panoplie technique, il sait également se montrer adroit pour marquer des buts. International espoirs français avec Mateta, il n’a cependant pas été retenu pour l’Euro, contrairement à l’attaquant. Alors qu’il indiquait en 2015 ne “pas fermer la porte” à la RDC, il pourrait désormais apporter un véritable liant au jeu des léopards. Toutefois, il semble peu probable qu’il rejoigne la tanière dans un futur proche… S’il réalise une saison accomplie à Leipzig, qui vise la Ligue des Champions, il croira sûrement en ses chances avec l’équipe de France. Espérons qu’il se montrera attentif au projet du nouveau staff… 

NORDI MUKIELE (21 ans, Défenseur, RB Leipzig)  

La photo a fait son petit buzz… Fin juillet, Anthony Mossi s’affichait avec Mukiele sur sa page Facebook, avec une légende des plus intéressantes : “en train de convaincre Nordi Mukiele à venir jouer avec les Léopards #CoachMossi #BanaMboka” (sic). Si ce cliché a été posté sur le ton de l’humour, la présence du natif de Montreuil ferait un sérieux bien aux léopards, alors que le couloir droit apparaît comme l’un des chantiers prioritaires dans la tanière.  

Latéral doté d’une technique fine et d’un bon pied droit, sa formation de défenseur central lui assure également d’excellentes bases dans le domaine, et sa qualité de tacle est l’un de ses principaux atouts. Formé au Paris FC puis à Laval, il y signe son premier contrat professionnel à 17 ans avant de rejoindre Montpellier en janvier 2017. Pourtant arrivé en cours de saison dans l’Hérault, il s’impose très rapidement comme l’un des meilleurs espoirs de Ligue 1 à son poste. Par la suite, il réalise une saison pleine en 2017-2018 et attire les convoitises en France et à l’étranger. C’est finalement l’ambitieux Leipzig qui met le grapin sur le joueur pour 16 millions d’euros.  

Auteur d’une première saison contrastée en Bundesliga (19 matchs disputés), il a notamment été sanctionné pour “dilettantisme” par son entraîneur en septembre dernier. Mais s’est surtout livré à une belle bataille pour une place de titulaire avec l’international allemand Lukas Klostermann tout au long de la saison. Après l’avoir perdue vers novembre, il a terminé en force avec 7 titularisations sur les 10 derniers matchs.  

Non sélectionné pour l’Euro espoirs avec la France, il porte néanmoins le maillot floqué du coq depuis les U18. Le persuader de le troquer pour celui des léopards ne sera pas une chose aisée… Mais la mission en vaut la peine, sans aucun doute.  

DANNY DA COSTA (26 ans, Défenseur, Francfort)  

La consonnance lusophone de son nom n’est pas trompeuse. Danny Vieira da Costa a des racines angolaises… du côté de son père. Sa mère, elle, est bel et bien originaire de la RDC, ce qui rend le joueur potentiellement éligible pour les léopards. Ce latéral droit très complet, endurant et doté d’une bonne qualité de centre est un pion essentiel de son équipe (titulaire à 34 reprises sur… 34 matchs de Bundesliga l’an dernier). 

Ayant toujours refusé de représenter le pays de son père malgré les multiples tentatives des Palancas Negras, il martelait sa volonté de représenter l’Allemagne, pays qui l’a vu naître et grandir. Cependant, peu savent qu’il est également congolais, et il n’a jamais été approché par le pays de sa mère. Cela ne signifie pas qu’il accepterait l’appel de la RDC, mais son talent vaut la peine de tenter le coup…  

STRELI MAMBA (25 ans, Attaquant, Paderborn)  

A 25 ans, ce modèle de persévérance découvrira la Bundesliga pour la première fois. Auteur d’une très belle saison en 3. Bundesliga 2018-2019 avec l’Energie Cottbus (11 buts et 5 passes décisives en 36 matchs), le natif de Göppingen se voit récompensé en faisant un bond de deux divisions ! Une progression express que cet attaquant tentera de matérialiser avec le promu Paderborn, qui a également révélé Elias Kachunga quelques années plus tôt.  

Très rapide et robuste, Mamba revient de loin… Passé par Karlsruhe, Stuttgart puis Kaiserslautern au cours de sa formation, il ne parvient pas à décrocher un contrat professionnel, et évolue dans les ligues régionales allemandes jusqu’en 2016 et son arrivée à Cottbus, où son talent s’est enfin exprimé. Désormais parti pour être titulaire dans l’un des cinq meilleurs championnats du monde, sa belle histoire n’est sans doute pas finie… Jamais sélectionné avec les espoirs allemands, il sera peut-être accessible pour les léopards.  

BUNDESLIGA 2   

MAKANA BAKU (21 ans, ailier, Holstein Kiel) 

Sa tête et son nom vous disent sans doute quelque chose après avoir lu le début de l’article… Et à juste titre, car le joueur de Kiel n’est autre que le frère jumeau de Ridle ! Egalement très talentueux, il ne possède cependant pas les mêmes caractéristiques que son frère. Ailier percutant, il se distingue surtout par une vitesse de pointe impressionnante et une bonne qualité de dribble.  

Formé à Mayence, il se révèle au Sonnenhof Großaspach, en troisième division, qu’il rejoint en 2017 et où il joue deux ans. Auteur d’une bonne saison 2018-2019, ponctuée de 4 buts et 8 passes décisives, il gravit un échelon en juin dernier, rejoignant le Holstein Kiel, sixième de Bundesliga 2 la saison passée.  

Dans ce club historique du Nord de l’Allemagne, considéré comme un candidat à la montée cette saison, le joueur peut franchir un palier et poursuivre sa progression dans de bonnes conditions. Contrairement à son frère, il n’a jamais été sélectionné avec l’Allemagne en espoirs. 

DAVID KINSOMBI (23 ans, milieu de terrain, Hambourg) 

Makana Baku aurait pu l’avoir pour capitaine à Kiel, mais le natif de Rüdesheim s’est finalement engagé cet été pour le rival nordiste, Hambourg. Un choix osé, qui s’apparente à une progression, considérant l’aura du HSV en Allemagne. 

Milieu défensif endurant, discipliné et doué techniquement, ce joueur a vu sa trajectoire prometteuse subir un violent coup d’arrêt en décembre dernier. Victime d’une fracture du tibia, il se voyait contrait de mettre un terme à sa saison, alors qu’il portait le brassard de capitaine en club. Désormais rétabli, il compte bien aider Hambourg à retrouver la Bundesliga l’an prochain. 

OREL MANGALA (21 ans, milieu de terrain, Stuttgart) 

Last, but not least… A 21 ans, ce milieu défensif prometteur entamera sa deuxième saison en Bundesliga 2, cette fois avec son son club parent. Prêté à Hambourg par Stuttgart l’an dernier, alors que le club évoluait en première division, il retrouvera les Souabes dans l’antichambre de l’élite. Très bon avec Hambourg, il dispute 34 matchs et impressionne par sa vision du jeu précoce, sa technique et ses projections vers l’avant. Ces attributs lui valent d’être sur les tablettes de clubs plus prestigieux au cours de l’été, l’Olympique Lyonnais et Fenerbahçe notamment.  

Malheureusement, le natif de Bruxelles se blessait le 13 août dernier en Coupe d’Allemagne face au Hansa Rostock (1-0), et sera sur le flanc pour l’intégralité du mois de septembre. Ses prétendants devront donc retenter leur chance en hiver, le club ayant notamment déclaré le joueur “intransférable” cet été.  

International espoirs avec la Belgique, il s’est imposé comme l’un des meilleurs joueurs des Diablotins au cours de l’Euro, au sein d’un effectif qui comptait sept joueurs d’origine congolaise. Espérons qu’un revirement de situation pourra s’opérer concernant leur nationalité… Mangala le premier.