Focus : Fayulu, la vérité… des poteaux !

Focus : Fayulu, la vérité… des poteaux !

@ 22 Fév 21 1075

A 21 ans,  Timothy Fayulu est en train de lancer sa carrière sur des bases prometteuses. Titulaire avec Sion depuis mi-décembre, le gardien congolais s’impose comme la révélation défensive du club suisse cette saison. 

Un coup de poker du coach…

Après avoir fini huitième l’an passé, le FC Sion abordait cette saison en visant une qualification européenne. Mais les Valaisans ont rapidement été obligés de revoir leurs ambitions à la baisse. Après sept journées, le club n’avait pu décrocher qu’une victoire, et flirtait dangereusement avec la zone de relégation. Il faudra une série de trois défaites d’affilée, et 10 buts encaissés en autant de rencontres, pour que Fabio Grosso prenne le risque de changer son dernier rempart. Le coach italien remplace donc l’expérimenté Kevin Fickentscher (32 ans), très populaire parmi les fans malgré les résultats du club, pour le novice Timothy Fayulu, 21 ans et trois petits matchs en pro au compteur. Mais celui qui, en 2006, prenait Fabien Barthez à contre-pied sur l’ultime tir au but pour offrir à la Squadra Azzura son quatrième sacre mondial sait jouer au poker. Et ce coup-ci va rapidement s’avérer payant. 

Lancé face à Lucerne le 12 décembre dernier, le jeune Congolais multiplie les parades, et s’attire les louanges appuyées des médias, malgré la défaite finale (1-2). “S’il y en a un qui ne méritait pas de perdre samedi contre le FC Lucerne, c’est bien le gardien du FC Sion Timothy Fayulu! Véritable surprise du chef Fabio Grosso, l’Helvetico-Congolais de 21 ans multiplie les parades, mais également les bons conseils à ses coéquipiers. Prometteur et encourageant” publiait alors le site officiel du championnat. Reconduit contre le Servette Genève, club de sa ville natale (1-1), le jeune portier bluffe encore son monde avant de décrocher une première victoire face à Vaduz le 20 décembre (2-1). Il consolide alors une place qui était censée être temporaire. Louées en Suisse, ses prestations ne passent pas inaperçues dans son pays. Le jeune portier est donc élu joueur du mois de décembre sur notre média, par vote des supporters. Pourtant, rien de tout cela n’était planifié….

… prolongé au mérite ! 

Photo : 24 Heures

En effet, l’objectif de Grosso, du moins affiché par ce dernier, était de “faire souffler” Kevin Fickentscher pendant plusieurs matchs, avant de lui restituer sa place après la trêve hivernale. Mais en saisissant sa chance, et transformant l’essai avec brio, le jeune gardien a su prolonger l’intérim, et perturber les plans du technicien. Désormais, après douze matchs d’affilée dans les buts, deux nominations pour être joueur du mois en championnat suisse, des statuts d’homme du match récoltés sur différents médias et surtout, la confiance de ses coéquipiers acquise, on peut affirmer sans crainte que Fayulu a gagné sa place de titulaire. 

Travailleur et ambitieux, le natif de Genève n’a rien volé ! Ses prestations dévoilent le potentiel intéressant d’un gardien  moderne, très mature dans son jeu. Malgré son gabarit imposant (1m92, 84 kg), il sait aller vite au sol, et se montre très doué dans l’anticipation, à l’âge ou le placement n’est généralement pas un point fort pour les gardiens. Surtout, c’est son commandement dans sa surface qui impressionne. Loin d’être inhibé par son jeune âge, il n’hésite pas à élever la voix sur ses défenseurs, et pousser des gueulantes quand il faut. 

De quoi rebattre les cartes en sélection ?

Actuellement, je pense qu’il y a une place à prendre, et j’ai envie de la saisir. Il n’y a plus “d’âge” aujourd’hui. C’est le meilleur qui jouera”. En novembre 2019, celui qui venait alors d’opter pour la RDC ne manquait, déjà, pas d’ambition. Et avec sa place récemment gagnée en club, celle-ci ne sera certainement pas revue à a baisse. Toutefois, il devra sans doute attendre son tour.

Car s’il est actuellement le seul gardien congolais titulaire en première division européenne, Joel Kiassumbua donne pleine satisfaction depuis son intronisation comme numéro un.

En effet, le portier de 28 ans a beau être remplaçant en club, ses prestations en sélection parviennent à crédibiliser son statut. Exemple ? Son face-à-face remporté face à Pierre-Emerick Aubameyang dans les derniers instants de la rencontre face au Gabon, qui n’est pas près d’être oublié des supporters. Ou encore ses deux arrêts décisifs en Angola, face à Gelson Dala. Lâché par sa défense en Gambie, il ne pouvait rien sur les deux buts encaissés. Dans un souci de stabilité, et sans doute de justice, Christian Nsengi choisira probablement de le conserver pour les deux dernières journées des éliminatoires, sauf énorme surprise. 

Mais Fayulu le sait : à 21 ans, il a tout le temps devant lui. Et si son potentiel se confirme, nul doute qu’il aura un jour sa place comme dernier rempart de son pays.