Comment le staff compte convaincre Wan-Bissaka !

Comment le staff compte convaincre Wan-Bissaka !

@ 28 Oct 20 7727

Depuis trois semaines, les supporters des Léopards retiennent leur souffle. La raison ? Un geste équivoque d’Aaron Wan-Bissaka. Non pas sur le terrain, mais sur les réseaux sociaux…

En effet, le latéral de Manchester United avait retiré le drapeau anglais de sa bio Instagram, pour y laisser uniquement celui de la RDC (il avait auparavant les deux) juste avant la trêve internationale. De quoi raviver des espoirs, taris depuis un moment, de le voir un jour (re)porter le maillot congolais. Mais au bout de quelques jours, le joueur de 22 ans retirait le drapeau tricolore, peut-être dépassé par l’ampleur de son geste, relayé en masse dans la presse anglaise. 

Interrogé à ce sujet sur Canal + Sport, ou il est consultant en parallèle de son poste de sélectionneur adjoint, Christopher Oualembo a affirmé que le staff était bel et bien en contact avec le joueur. De quoi relancer le sujet chez les supporters… Mais qu’en est-il exactement ?

Contexte : un cas frustrant pour la RDC

Wan-Bissaka (numéro 9) avait disputé un match avec les Léopards U20 en 2015.

Comme Presnel Kimpembe, Aaron Wan-Bissaka représente un cas particulièrement frustrant pour les supporters congolais. Et pour ceux qui l’auraient oublié, rembobinons un peu…

En 2015, celui qui était encore ailier à l’académie de Crystal Palace acceptait de jouer son pays d’origine. Sélectionné en U20, il participait à un match amical contre l’Angleterre, pays dans lequel il a grandi, sous la houlette d’Otis Ngoma. Mais, mal préparés et sans repères sur le terrain, les Léopardeaux étaient humiliés 8-0 par les Three Lions. Pas vraiment la meilleure manière de convaincre un binational talentueux de rester… Surtout qu’avec l’absence de compétitions régulières chez les espoirs, le jeune Aaron n’allait plus avoir l’occasion de porter la vareuse congolaise. 

Trois ans plus tard, alors qu’il s’est révélé en Premier League avec Palace, Wan-Bissaka renoue enfin avec le football international. En effet, il honore une sélection avec les U21… anglais, et participe à l’Euro espoirs 2019. Contacté, sans succès, par Florent Ibenge la même année, le joueur semble alors avoir scellé son avenir international. D’autant qu’il s’impose progressivement comme l’un des meilleurs latéraux du championnat.

Wan-Bissaka lors de l’Euro espoirs 2019.

En juin 2019, son transfert à Manchester United lui fait passer un cap, lui permettant de côtoyer le très haut niveau. C’est donc sans surprise que Gareth Southgate fait appel à lui pour les matchs face au Kosovo et à la Bulgarie, comptant pour les qualifications de l’Euro 2020. Et si une blessure au dos l’empêche de faire ses débuts officiels avec l’Angleterre, les Congolais doivent se rendre à l’évidence : ce n’est que partie remise. Et la RDC peut désormais dire adieu à une pépite qu’elle n’a pas su retenir…

Bio Insta : appel du pied…ou geste d’humeur ?

Au poste d’arrière-droit, la concurrence est particulièrement rude avec l’Angleterre… Photo : Joe.co.UK

Seulement, voilà. Les choses ne se sont pas vraiment passées comme prévu. Tout d’abord, la concurrence est particulièrement rude en équipe d’Angleterre. Kieran Trippier (Atlético), Kyle Walker (Manchester City) et Trent Alexander-Arnold (Liverpool) font déjà partie de l’élite mondiale au poste, et sont donc particulièrement difficiles à déloger, malgré toutes les qualités de Wan-Bissaka. Le natif de Croydon apparaît donc comme le quatrième choix. Une blessure de l’un d’entre eux semble alors la seule option pour qu’il obtienne sa chance. 

Ainsi, les matchs internationaux s’enchaînent, et par conséquent les sélections aussi. Mais toujours aucune trace de Wan-Bissaka, pourtant indiscutable à Manchester United. Au total, pas moins de sept matchs ont été disputés par l’Angleterre depuis sa sélection avortée, sans qu’il soit appelé. Mais, alors qu’il cultivait la patience, la dernière liste de Southgate a du particulièrement heurter le joueur…

En effet, le coach des Three Lions a décider d’évincer Kieran Trippier de sa liste contre la Belgique et le Danemark en Ligue des Nations. Mais pour remplacer l’ancien latéral de Tottenham, le technicien de 50 ans fait appel pour la première fois à Reece James (20 ans, Chelsea) et Ainsley Maintland-Niles (23 ans, Arsenal). Soit deux sérieux concurrents sur le long terme pour Wan-Bissaka. Et chez l’ancien prodige de Crystal Palace, le message a du être modérément apprécié. 

Sans doute vexé par ce qu’il a pu considérer comme au mieux un manque de considération, et au pire un affront, Wan-Bissaka a donc retiré la Croix de Saint-Georges de sa bio, laissant le seul drapeau congolais définir son identité. Un geste fort, symbolique, lourd de sens. Mais attention à ne pas s’enflammer. Pour les raisons que nous avons énoncé, il s’agit avant tout d’un mouvement d’humeur, à replacer dans un contexte de frustration. Si le joueur est appelé au prochain match de l’Angleterre, nul doute qu’il se précipitera pour honorer sa convocation.

Action, réaction : Lualua en mission ! 

Trésor Lualua (ici sous les couleurs de Portsmouth) a été mandaté par le staff pour convaincre Wan-Bissaka.

Toutefois, ce signe n’a pas échappé au staff technique, qui va en profiter pour lancer une nouvelle offensive vers le joueur. “On a déjà tenté des approches depuis pas mal de temps maintenant” annonçait Christopher Oualembo sur Canal + Sport. “Nos derniers contacts remontent à hier. Mais ce ne sont pas toujours les enfants qui décident, surtout à son âge. Ce qui ressort des échanges, c’est peut-être un peu de patience, mais beaucoup d’espoir“. 

Et selon un membre du staff technique, que nous avons joint par téléphone, Trésor Lualua a désormais la charge de convaincre le joueur et sa famille d’opter pour la RDC. Ayant lui-même grandi en Angleterre et joué en Premier League, l’ancien attaquant des Léopards, désormais membre du staff, aura sans doute plusieurs arguments intéressants. Toutefois, cela ne fait pas tout. Par exemple, le Mali avait dépêché son ancienne gloire Frédéric Kanouté pour tenter d’arracher Adama Traoré à l’Espagne, sans succès. Espérons que l’affaire Bissaka connaisse un dénouement plus heureux !