Chico Mukeba : « Un seul objectif, l’Afrique en 2017 »

Chico Mukeba : « Un seul objectif, l’Afrique en 2017 »

@ 08 Déc 15 88

Son nom est intimement lié à l’équipe de Shark 11 depuis quelques années. Shark 11 est devenu, grâce à lui, une machine pas du tout facile à manœuvrer. Lui, c’est Chico Mukeba, l’entraîneur de cette équipe où il a imprimé sa marque. Pour vous, Léopardsfoot est allé à sa rencontre pour qu’il décline sa carte de visite.

Léopardsfoot : Chico Mukeba, en tant qu’entraîneur, pouvez-vous dresser votre cursus professionnel ?
Chico Mukeba : Mes débuts remontent en 1996, au sein de l’AC Matonge où je travaillais à cheval avec l’équipe de Tremplin, un club de 3ème division et je mettrai la main sur le joueur Firmin Mubele avant son incorporation dans l’AC Rangers qui l’a dévoilé au grand jour. Plus tard, sans précision de l’année, je me suis retrouvé entraîneur du FC Gilva de Masina dans ses branche masculine et féminine. D’ailleurs, c’est en cette période que la version féminine avait pourvu l’équipe nationale de plusieurs de ses pions. De Gilva, je suis revenu à Matonge. En 2006, j’ai quitté le pays pour le Rwanda dans l’APR, la formation de l’Armée patriotique rwandaise comme adjoint de Magloire Andy Futilaqui n’est plus à présenter. Au départ de ce dernier pour Saint Eloi Lupopo de Lubumbashi, je suis resté dans l’APR où nous sommes restés quatre ans à sillonner l’Afrique, à la ligue des champions de la Caf. A la fin de mon contrat avec l’APR, je suis revenu au pays où j’ai presté dans l’équipe de Filas, qui plus tard deviendra l’AC Rangers de Lambert Osango. Avec Filas, pour sa montée à l’Epfkin, nous avons réussi l’exploit de battre V.Club (3-2), en finale de la coupe super champion de la lifkin. Après mon passage de trois ans au Rangers, je suis allé monnayer mon expertise dans l’équipe du Tout Capbable Elima vde Matadi. Je retiens qu’avec Elima, nous sommes restés invaincus à domicile. Pour preuve, nous avons imposé un nul blanc au TP Mazembe, fraîchement revenu de la coupe du monde des clubs. Nous avons réussi le même résultat contre le DCMP avant  de réaliser un but partout face à V.Club et Lupopo. Si tous ces cadors du football national l’avaient échappé belle, Don Bosco était tombé dans la trappe (1-0).   Après ces bons souvenirs de Matadi, j’ai regagné la capitale, au chevet de l’AC Foyo pour le sauver de la relégation pour les cinq derniers matches de la saison. Pari réussi. Sur les cinq rendez-vous, Foyo a glané quatre succès et a concédé un nul, synonyme de son maintien au championnat d’élite de Kinshasa. Au terme de ce cours mandat, Shark 11 a fait appel à ma modeste expérience. Pour la première saison, les Requins de la Gombe se sont classés 3èmes. L’année suivante, c’est-à-dire, en 2013, Shark est monté sur la plus haute marche du podium. Avec ce statut de champion
de Kinshasa, Shark 11 a accédé à la linafoot où il se maintient à ce jour.

Léopardsfoot : Sauf avis contraire, Chico Mukeba figure parmi les entraîneurs qui ont une bonne cote à Kinshasa. Est-ce pour cette raison que vous êtes admis au sein du staff technique des Léopards Chan ?
Chico Mukeba : C’est possible. En moi-même, je me sais un maniaque du travail bien fait. Plusieurs fois auparavant, j’ai été appelé au sein de l’équipe nationale. Plusieurs fois aussi, pour des raisons inexpliquées, j’ai été éconduit. Finalement, 2015 aura été une grande année pour moi. J’ai tapé à l’œil de Florent Ibenge. Ce dernier a certainement trouvé quelque chose de qualité en moi pour recourir à mes services. Je l’en remercie d’ailleurs.

Léopardsfoot : Avez-vous l’occasion  de jouer au football avant cette carrière d’entraîneur ?
Chico Mukeba : J’ai signé ma première licence au sein d’Imana junior où j’ai côtoyé Bulayima Mukwayanzo, actuel entraîneur des gardiens du FC renaissance et de l’équipe nationale. J’ai aussi évolué dans l’équipe de l’Union Bilombe et même dans le club de Lufunda Diesel dont Mbuye, l’entraîneur adjoint de l’AS Dragons Bilima comme l’un de mes co-équipiers. Puis j’ai intégré l’AC Matonge. Malheureusement, une fracture du genou a mis fin à ma carrière comme footballeur actif. D’où ma reconversion comme entraîneur.

Léopardsfoot : A coup sûr, cette blessure constitue un mauvais souvenir pour vous. Avez-vous au moins quelques moments inoubliables ?
Chico Mukeba : En tant qu’entraîneur, je ne peux oublier toutes les années passées dans l’APR dans ses campagnes africaines où j’ai travaillé aux côtés  d’un néerlandais et d’un belge de qui j’ai
cumulé beaucoup d’expérience. A ce jour, j’en tire encore profit.

Léopardsfoot : A la fin de la phase aller de la zone oust, quel bilan faites-vous de Shark 11 ?
Chico Mukeba : Shark 11 a terminé  4ème  avec  14 points derrière MK (15), V.Club (20) et le leader Dcmp (21 unités). Pour moi, le bilan est plus que positif. Nous pouvons nous améliorer si nous obtenons gain de cause sur le  dossier litigieux qui nous oppose à Elima autour d’un joueur. Au-delà de ce bilan, l’actuel championnat a un niveau très élevé. Toutes les équipes se valent. Et les rencontres sont devenues très tactiques. Ce qui démontre à suffisance le travail de titan  abattu par les entraîneurs. En amont, je vois en filigrane le travail fait par la direction technique nationale, chapeauté par Joseph Mukeba Mulamba. Aux uns et aux autres, bravo.

Léopardsfoot : La saison dernière Shark 11 était la seule équipe qui avait dicté sa loi sur le TP Mazembe. Qu’en dites-vous ?
Chico Mukeba : Pour nous ce match était comparable au combat de David et Goliath. Toutes faveurs des pronostiques étaient pour Mazembe. Shark 11 n’avait rien à perdre. Pour nous, c’était un grand exploit là plusieurs adversaires  se sont fait casser les dents. Nous savions que la dernière défaite des corbeaux lushois à Kinshasa remonte en 2009 devant le Dcmp (2-3). Nous nous attendions à ce succès d’autant plus que Mazembe a quelque peu négligé Shark 11. Nous avions étudié à fond cette équipe autant que V.Club, les deux éléphants de la saison. Quand on joue contre V.Club, il faut éviter d’encaisser dès les premières minutes après le coup d’envoi. C’est un moment crucial pour l’adversaire. Une fois cette tempête du début du match passé, on peut se battre à armes égales. Mais contre Mazembe, il faut mettre à profit les premières minutes de la partie. Simplement, les noir et blanc y entrent  timidement. La consigne donnée aux joueurs était de faire mal  à cet instant. Ce c’est qui nous a réussi sur les deux buts matinaux. Il faut dire aussi que, sans s’être bien rechauffé,  Mazembe  s’était distrait avec le public de Renaissance. Et cela a joué contre eux. Leur conscience revenue en place, il était déjà trop tard pour revenir à notre hauteur, au tableau d’affichage. Il faut dire que nous avons eu de la chance devant cet ogre qu’est le TP Mazembe.

Léopardsfoot : En tant que technicien du football, quels sont les joueurs qui vous émerveillé à la phase aller ?
Chico Mukeba : Ils sont nombreux. Certains m’ont peut-être échappé. Mais deux m’ont impressionné. Il s’agit de Mombo Lusala de MK et le capitaine du Racing Club de Kinshasa dont le nom m’échappe.

Léopardsfoot : Quel objectif Shark 11 s’est-il assigné pour ce championnat ?
Chico Mukeba : Nous n’avons qu’un seul objectif : Figurer parmi les trois premiers de la zone ouest afin d’avoir le visa du play-off. Ensuite avoir au bout, une place qualificative pour l’Afrique en 2017. Ce n’est pas facile dans une course avec des concurrents que sont Mazembe, Dcmp, V.Club, Sanga Balende, Lupopo, Don Bosco et les autres. Mais nous y tenons mordicus. Car, à cœur vaillant, dit-on, rien d’impossible. Les moyens  tant financier qu’humain, le club en dispose.