CAN : le point sur la blessure de Nsakala

CAN : le point sur la blessure de Nsakala

@ 28 Mai 19 549
  • Sorti sur blessure contre İstanbul Başakşehir pour la dernière journée du championnat turc, Fabrice Nsakala (28 ans) voit sa participation à la CAN menacée. Après avoir subi un choc au genou, le latéral d’Alanyaspor est mal retombé sur la hanche. Et selon le médecin du club, l’ancien troyen manquerait 3 à 4 semaines de compétition, soit après le début du tournoi…
Titulaire indiscutable avec Alanya cette saison, Fabrice Nskala est très incertain pour la CAN;

 

  • Si l’on se fie aux prévisions les plus optimistes, l’ancien “back-gauche” d’Anderlecht pourrait être rétabli de justesse pour la CAN, mais serait trop juste pour effectuer la préparation avec ses coéquipiers. Sa participation aux matchs amicaux contre le Burkina Faso (9 juin) et le Kenya (15 juin) est plus que compromise. De plus, ses concurrents Arthur Masuaku et Glody Ngonda, également sélectionnés, semblent avoir une longueur d’avance sur lui dans l’esprit du sélectionneur. Ecarté du groupe depuis 2 ans, le natif du Blanc-Mesnil voyait en ce stage espagnol l’occasion de prouver qu’il méritait sa place dans les 23.

 

  • Car avec 2.868 minutes jouées en championnat (sur 3028 possibles), Fabrice Nsakala a parfaitement rempli le critère du temps de jeu tant prisé par Florent Ibenge. Indiscutable chez le 9ème de Süper Lig cette saison et très apprécié des supporters du club, le joueur n’a manqué que deux matchs cette saison : un pour cause de suspension, l’autre pour blessure. Celle subie lors de la dernière journée de Süper Lig et qui l’obligeait à sortir à la 78ème le forçait a quitter ses partenaires en cours de jeu pour la première fois de la saison. Les statistiques sont sans appel : au niveau du temps de jeu, aucun joueur de champ congolais n’a fait mieux en 2018-2019. 

 

Fabrice Nsakala avait opté pour la RDC en 2015.
  • Si rien n’est encore officiel, les léopard pourraient bien disputer la CAN sans celui qui avait opté pour la RDC en 2015, à l’aube du stage de Dubaï. Un casse-tête en moins pour le sélectionneur, certes, mais également la perte d’un élément particulièrement régulier, qui aurait eu à coeur de s’affirmer en sélection…