Karim Kimvuidi : « Pour être le futur Trésor, il faut du sérieux »

Par LPF
1 939 Vues

Pour un talent bien né, l’affirmation n’attend point le nombre d’années ! Karim Kimvuidi est l’une de ses pépites Congolaises qui illuminent les pelouses du pays à chaque prestation.

International congolais et actuel sociétaire du Daring Club Motema Pembe de Kinshasa, le jeune milieu de terrain Immaculé s’est confié sur sa vie en sélection, son départ avorté en Europe et son statut actuel à DCMP dans cet entretien.

Bonjour Karim, Beaucoup d’observateurs du football congolais disent que vous êtes le futur Trésor Mputu. Comment digérez-vous cette comparaison ?

Oui, je digère ça bien. Trésor Mputu est une légende du foot congolais et africain et peut-être même du monde, donc si le commentaires disent que je suis le futur Trésor , ça me fait du bien mais ça me donne pas l’orgueil, cela me rappelle plutôt que je dois travailler dur pour arriver au niveau qu’il est aujourd’hui ou faire même plus que lui. Donc c’est plus une motivation pour moi parce que pour être le futur Trésor, il faut du sérieux.

Début 2021, vous avez participé au CHAN avec la RDC, la première plus grande compétition que vous avez livrée en tant qu’international. Quels souvenirs avez vous gardez de cette compétition ?

Oui, c’est la plus grande compétition à laquelle j’ai participé depuis mes débuts et mon éclosion au Daring Club Motema. J’étais très jeune et donc j’en ai beaucoup de leçons, j’en ai engrangé une certaine maturité importante pour la suite de ma carrière.

Alors que vous disputiez la CECAFA avec les Léopards U-23, certaines sources ont annoncé votre départ pour la Suisse et la Belgique. Pouvez-vous nous parler un peu de cette histoire ??

Oui tout à fait, après la CECAFA c’était prévu que j’aille passer mes tests en Belgique ou en Suisse, l’offre était là, mais mon équipe n’était pas d’accord avec ça, j’en ai discuté avec le président et il m’a demandé de finir d’abord la saison pour qu’il me libère. J’ai été d’accord parce qu’il fallait que je continue à travailler avec DCMP, il y avait aussi une compétition africaine ( C2) à jouer et donc je me suis dit que si je jouais ça à fond, ça m’ouvritait plus de portes de sortie à l’avenir.

Actuellement, vous êtes perçu comme le cœur du Daring Club Motema Pembe. Comment arrivez-vous à supporter cette responsabilité à un tel jeune âge ?

Ça me fait du bien et ça m’oblige surtout de travailler toujours dur pour garder ma forme et rester au top. Ça me fait une grande fierté, mais c’est surtout une motivation pour moi.

Le Daring Club Motema Pembe s’est arrêté en barrages de la coupe de la confédération. Quels sont vos objectifs pour le reste de la saison?

En tournant le dos aux offres dont je vous ai parlées, mes ambitions étaient de permettre à mon équipe d’aller le plus loin possible en coupe de la CAF, malheureusement ce qui est arrivé est arrivé, mais l’objectif du reste de la saison est d’envoyer DCMP dans le top 3 du Congo.

Dernièrement vous avez été en stage avec les Léopards, vous avez marqué lors du second match amical, peut-on dire que ce stage a été une réussite pour vous? Croyez vous avoir satisfait le sélectionneur Hector Cuper ?

Le stage s’est très bien passé, mais comme on dit souvent «demain appartient à Dieu», on attend juste ce qu’il va se passer. Le coach, pour être satisfait, c’est pas facile, mais je crois qu’avec le temps, il le sera.

Articles liés

P