Découverte : Vital Bahati, de Goma à Antalya !

Découverte : Vital Bahati, de Goma à Antalya !

@ 06 Fév 20 4809

Gros changement de décor pour Vital Bahati. A 18 ans, l’attaquant polyvalent de l’AS Dauphins Noirs quitte les bords du lac Kivu pour la Méditerrannée orientale. Révélation du tournoi UNIFFAC 2018 avec les U17 Congolais, ce pur produit de l’académie GOAL a été repéré par Antalyaspor (D1 turque), où il a signé une licence pour évoluer avec la réserve. En cas de bonnes performances, il sera promu en équipe première.

Contacté par leopardsfoot, le jeune gomatricien s’est livré à notre rédaction. Et il ne manque pas d’ambition…  Interview découverte !  

⁃      Bonjour Vital, peux-tu te présenter brièvement aux supporters congolais ?

Bonjour ! Je m’appelle Vital Rafiki Bahati, j’ai 18 ans et je suis originaire de Goma. Congolais et fier de l’être avant tout !

⁃       Tu es également connu par le surnom de « Mamadou », pourquoi  ?

Ah, ça… on m’appelle comme ça depuis que je suis enfant. A l’époque, la RDC avait joué contre le Sénégal et Mamadou Niang avait inscrit un triplé (en septembre 2010, défaite 2-4 à Lubumbashi). Et comme je marquais beaucoup de buts, on m’a surnommé comme ça. Ensuite, le surnom est resté, même quand j’ai grandi.

⁃       Quel est ton poste de prédilection ? Et as-tu un joueur modèle à ton poste ?

Je suis attaquant polyvalent. Je peux tout aussi bien jouer ailier gauche que droit, et dans l’axe. Pour ce qui est de mes modèles, il y en a plusieurs… Déjà, j’aime beaucoup Cristiano Ronaldo. Déjà pour son style de jeu, car il a toutes les qualités, mais surtout pour son état d’esprit. J’adore aussi Kylian Mbappé et Raheem Sterling, et la manière dont ils allient vitesse, finition, dribbles et exécution.

Du côté Congolais, il y a Cédric Bakambu. Il m’inspire beaucoup dans ses déplacements, sa vitesse et sa qualité de finition. Mais Trésor Mputu est mon idole, je l’aime beaucoup ! Même si c’est davantage un milieu de terrain, j’apprécie énormément son style de jeu. J’aime également Yannick Bolasie.

⁃       Quelles sont tes principales qualités ?

Je dirais que première qualité est la vitesse. Je suis très rapide balle au pied et dans mes actions. Je sais également dribbler, et j’ai une bonne finition aussi.

Et les points sur lesquels tu dois encore t’améliorer ?

Sans hésitation, mon principal point faible est mon jeu de tête, que je compte bien travailler !

⁃       Tu es passé par Dauphins Noirs et l’académie GOAL de Goma. Que retiens tu de ta formation au pays?

De très bonnes choses. J’ai passé deux belles années à l’académie avec le président Hugo, où j’ai bénéficié d’un très bon encadrement, qui m’a permis de beaucoup développer mes qualités de footballeur. Je garde aujourd’hui beaucoup de respect et d’amour pour ce centre. Sans oublier bien sûr mon ancien club, l’AS Dauphins Noirs avec qui j’ai joué en Linafoot. Ils m’ont beaucoup aidé, et donné ma chance avant même que je sois international en jeunes.

⁃       Tu es actuellement sous licence à l’Antalyaspor, en Süperlig turque. Comment le club t’a t’il repéré ?

Tout s’est déroulé après l’UNIFFAC au Cameroun. En fait, mes manager de la Godson Acadamy avaient déjà des contacts avec les dirigeants du club. Ils leur ont proposé mon profil, en leur envoyant une vidéo de mes actions. Antalyaspor s’est montré très enthousiaste, et des scouts ont été envoyés au Congo pour me voir jouer en club. Ils m’ont apprécié, et ont fait un feedback positif aux dirigeants, qui m’ont invité pour faire un stage ici en Turquie. Désormais, me voilà au club !

⁃       Comment se déroule ton adaptation en Turquie, sur et en dehors du terrain ?

Très bien, Dieu merci. Je m’intègre déjà bien, et dans de bonnes conditions. Les deux premières semaines, c’était plus compliqué car il faisait vraiment très froid, mais en ce moment ça va mieux. Sinon je me sens bien, je suis logé dans de bonnes conditions et je mange bien. La Turquie est un pays que j’aime déjà bien. Je n’ai aucun problème de racisme, ils aiment les noirs (rires) ! Et sur le terrain, mes coéquipiers sont vraiment exceptionnels. Le principal problème reste la langue… dans le vestiaire, on parle turc et un peu anglais. Mais je sais qu’avec le temps j’apprendrai le turc et ça ira.

⁃       Désormais, quels sont tes prochains objectifs avec le club ?

L’objectif primordial est d’intégrer l’équipe professionnelle. Dans un premier temps, je vais être avec l’équipe réserve et je vais jouer le championnat avec eux. Mon but est de m’imposer avec l’équipe, puis de tout casser pour être vite promu en A et jouer la Süperlig. Et je suis confiant, par la grâce de Dieu et avec beaucoup de travail, ça arrivera.

⁃       Avec les léopards U17, tu as participé au tournoi UNIFFAC au Cameroun en avril 2018…

Oui, j’ai d’ailleurs fini co-meilleur buteur du tournoi ! C’était une belle aventure avec les coach Eric Tshibasu et Guy Bukasa. Et même si on a perdu la finale (1-0, face au Cameroun, ndlr), cette compétition reste un beau souvenir pour moi.

⁃       A plus long terme, quels sont tes objectifs avec la RDC ?

De jouer avec les léopards A, bien sûr ! Ce serait un rêve d’enfant qui se réaliserait. Et ça aussi j’y arriverai. Avec le travail et la volonté du seigneur.

⁃       Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

D’aller le plus loin possible et réussir ma carrière . D’évoluer un jour en Premier League, en Liga, Ligue 1 ou Bundesliga… les plus grands championnats européens. Et pourquoi pas disputer la CAN, et la Coupe du Monde avec mon pays ? J’y crois. Tout est possible dans la vie. En tout cas, je travaillerai dur pour y arriver et aider ma famille et mes proches.