Banafrika Sport Week : on vous en dit plus !

Banafrika Sport Week : on vous en dit plus !

@ 09 Avr 21 821
Un événement inédit aura bientôt lieu à Kinshasa !
 
Une semaine de détection va être organisée de fin mai à début juin dans la capitale congolaise, par la plateforme « Banafrika ». 80 jeunes talents s’affronteront lors d’un tournoi, sous l’œil avisé de nombreux recruteurs, issus de plusieurs clubs européens de première division. À l’issue du tournoi, les meilleurs pourront avoir la chance d’intégrer le centre de formation d’un club en Europe. Europe. Les athlètes, déjà sélectionnés, évoluent tous au niveau supérieur en RDC (D1 et D2). Ils sont originaires des quatre coins du pays, et non uniquement de Kinshasa.
 
Parrainée par Youssouf Mulumbu, la première édition de la « Banafrika Sport Week » est une démarche bicéphale. D’abord, l’objectif d’offrir une chance aux jeunes talents locaux d’exploiter leur potentiel dans les meilleures conditions. Mais également de créer un think tank du football congolais. Un forum aura donc lieu avec divers sponsors, partenaires et personnalités pour discuter des perspectives de développement du football congolais.
 
Le fondateur de la platefome, Guy Losendjo-Lokuli, s’est entretenu avec nous, et vous apporte plus de précisions sur l’événement.

Bonjour Guy, comment vas-tu ?

Bonjour Leopardsfoot !
 
Je vais très bien. J’espère que l’ensemble de votre équipe, comme l’ensemble des amoureux du sport congolais vont également bien en cette situation de crise sanitaire.

Lors de notre derniere interview, nous nous étions séparés sur ces mots “faire entrer le football africain dans le 21ème siècle” Où en sommes nous aujourd’hui?

En effet, comme cela passe vite!
 
La crise actuelle m’a empêché de mettre en place toutes les actions que nous avions prévues pour 2020 et 2021. Mais malgré tout, je suis ravi de me dire que ce travail, qui vise à faire entrer le sport et le football africain dans le 21ème siècle continue. Notre ambition reste d’innover, dans les méthodes, outils et projets pour atteindre nos objectifs.  

En début de semaine, nous avons annoncé le lancement de la Banafrika sport week, qui aura lieu à Kinshasa du 31 mai au 6 juin prochain. Peux-tu nous en dire davantage ?

C’est un double événement, inédit et novateur en RDC, pour lequel Banafrika est honorée de compter sur Youssouf Mulumbu en tant qu’ambassadeur.
 
On part du constat qu’ujourd’hui, le sport en RDC est un outil qui peut répondre à de nombreuses problématiques rencontrées par la jeunesse. Notamment l’éducation, l’insertion et l’emploi. Il peut réduire le chômage de masse, réduire les inégalités, bâtir des infrastructures, améliorer la santé. Et au-delà du seul football, qu’on met constamment en avant ! 
 
En effet, le sport représente presque 2% du PIB mondial. Il est aujourd’hui utilisé comme outil de développement durable et inclusif, mais également de soft power par des États et des organisations internationales. Avec la Banafrika Sport Week Kinshasa 2021, on parlera donc football, sport roi en RDC, mais également des problématiques qu’on peut lier à tous les sports au pays. Au niveau de l’organisation, comment ça se passe, concrètement ?
C’est en deux volets. Il y aura une semaine de détection sur sept jours (du 31 Mai au 6 Juin) autour de 80 footballeurs congolais. Des clubs professionnels partenaires participeront.
 
L’autre aspect de la BSW est une première en RDC : sur deux jours (du 31 Mai au 1er Juin), se tiendra un forum sur le Sport en RDC, avec l’intervention d’acteurs de renommée internationale de divers domaines comme l’éducation et les formations dans le secteur du sport, le financement du sport, mais également des législateurs et des responsables d’infrastructures sportives, à l’heure où c’est un fléau national. Les questions autour de la pelouse synthétique du Stade de Martyrs pour l’équipe nationale de football le prouvent bien. 
 
Ce think tank va mettre le sport congolais, et pas seulement le football, au cœur des discussions et de la réflexion. 

Concernant l’aspect tournoi, quelles sont les critères d’inscriptions pour les joueurs ?

Avoir du talent, mais également du réalisme dans son ambition. Je m’explique.
 
Un club de football professionnel n’envoie pas des émissaires toute une semaine, pour voir jouer des jeunes de 16 ans ( loi FIFA oblige), d’autres sans club ou d’autres évoluant en cinquième division congolaise. Il faut donc évoluer à un certain niveau.
Vous me répondrez sûrement “le talent n’a pas de niveau“, et c’est vrai ! On peut le trouver partout. Mais nous pouvons vous assurer que nous avons une bonne connaissance du football congolais et de ses différents acteurs. Nous avons donc tout mis en oeuvre pour isoler les 80 meilleurs : il en va de la réputation du football de notre pays.
 
Aussi, je voudrai passer un message aux clubs, de Ligue 1, de Ligue 2, ou aux joueurs de ce niveau qui pourraient ne pas être tentés par cette détection. Je trouve dommage de refuser d’en faire une devant dix clubs professionnels, mais de ne pas hésiter à payer un visa et un billet d’avion pour aller faire le même test chez un club de Ligue 1 en Europe, avec le risque de fuir s’il est non concluant.
 
Si vous êtes joueur sous contrat, nous parlerons avec votre club,
Si vous êtes joueur sous contrat avec un agent officiel, nous discuterons avec lui.
Nous connaissons un peu le football. Et nous sommes convaincus, en bénéficiant de l’expérience précieuse de Youssouf Mulumbu d’arriver à proposer quelque chose d’unique. Le seul cas de force majeure qui pourrait mettre en péril l’événement est ce COVID-19 qui ne nous lâche pas.
 
Mais soyez sereins, le travail paie toujours. 

Quelles genre de difficultés rencontrez-vous pour l’organisation de cet événement ?

Naturellement, la crise sanitaire actuelle et l’incertitude qu’elle dégage n’aide pas. Deux mois, c’est court. Mais nous travaillons dur pour avoir un certain niveau de flexibilité et d’agilité, et creuser d’autres solutions.

l’événement sera-t-il télévisé?

Les matchs seront filmés pour les besoins internes de travail pour les clubs professionnels présents. Mais pour une diffusion, c’est une option à étudier. Pourquoi pas !

Justement… l’événement pourra-t-il avoir lieu, malgré le contexte sanitaire ?

Dans le contexte actuel, je ne peux pas vous l’affirmer à 100%, à moins de vouloir mentir ou vous induire en erreur.
 
Cependant, nous tenons à vous rassurer sur le fait que tout est mis en œuvre, avec nos partenaires, pour la tenue de la Scouting Week et du Forum. Nous sommes optimistes car, en réalité, hormis les clubs européens et intervenants hors RDC (qui pourront voyager pour raison professionnelle, et ça en est une) la situation de la pandémie en RDC ne nous empêche pas vraiment de le faire. 

Quel est l’apport de Youssouf Mulumbu dans ce projet ?

Comme nous l’avons appris lors d’une interview dans votre média, Youssouf est engagé dans le projet Sport & Développement en RDC, notamment dans les infrastructures sportives de proximité.
Nous, c’est notre ambassadeur. Et au-delà de ça, il participe activement à l’organisation en mettant à la disposition de l’organisation son réseau, et en l’activant personnellement.
Et c’est au-delà d’un éventuel apport financier, car sa présence dans le projet lui donne une dimension encore plus importante.

A part Youssouf, peux-tu nous citer d’autres personnalités ?

Nous allons progressivement annoncer nos partenaires et participants. Mais en interne, seul Youssouf est ambassadeur. Naturellement, on parle de sport en RDC, donc l’organisation est ouverte à tout type de partenariats et collaborations. En tout cas, nous nous languissons donc de partager rapidement davantage sur le sujet. Youssouf étant accompagné par la plateforme Sport en Commun et membre du Yunus Sports Hub, un incubateur mis en place par AFD et JO Paris 2024, ces derniers sont naturellement parmi les partenaires naturels et privilégiés, comme d’autres au niveau local.

Peut-on attendre que cet événement se déroule tous les ans ?

Tout à fait. La Banafrika Sport Week sera une première et a cette ambition de ne pas être la dernière.
Naturellement, nous souhaitons être dans l’action et le résultat, donc cela n’aura de suite que si les objectifs visés sont atteints.
Raison pour laquelle il nous faut œuvrer, ensemble, à la matérialisation et réussite de cette première. 
J’en lance donc un appel à l’ensemble du mouvement sportif, des acteurs économiques et autres qui verraient là un quelconque intérêt à s’y associer, d’une manière ou d’une autre, à prendre attache avec nous.
Nous serions ravis d’étudier et trouver des pistes de collaboration gagnant-gagnant.
 
Merci encore à Leopardsfoot pour cette attention au sport et au football congolais à travers la mise en lumière de ce projet. A très bientôt !