Loïc Badiashile : “Être appelé en sélection ? J’en serai très honoré, mais…”

Loïc Badiashile : “Être appelé en sélection ? J’en serai très honoré, mais…”

@ 12 Sep 19 2496

L. Badiashile : “Un appel de la sélection ? J’en serai très honoré, mais…”

Loïc Badiashile lance véritablement sa carrière cette saison. Prêté par l’AS Monaco à son club filial, le Cercle Bruges, le jeune portier s’illustre par des prestations encourageantes, que les débuts mitigés de son club en championnat ne parviennent pas à éclipser. Contacté par leopardsfoot, celui qui est actuellement le seul gardien éligible pour les léopards titulaire en première division européenne a accepté de répondre à nos questions.

Peux-tu te présenter brièvement aux supporters congolais ?  

Loïc et Benoît Badiashile.

Je m’appelle Loïc Badiashile Mukinayi. Je suis né à Limoges, en France, où j’ai vécu jusqu’à mes 9 ans. J’ai six sœurs et un petit frère (Benoît, titulaire avec l’AS Monaco ndlr).

Comment se sont déroulés tes premiers pas dans le football, jusqu’à ton arrivée à Monaco?

J’ai découvert le foot à cinq ans, au Limoges FC. J’y suis resté jusqu’à mes 9 ans avant de jouer pour Malesherbes, dans la région Centre. A 13 ans, j’ai pu y être repéré par Monaco et le pôle espoir de Châteauroux. J’ai d’abord rejoint le pôle espoir, qui est un centre de pré-formation. J’y suis resté deux ans avant d’intégrer le centre de formation de Monaco à 15 ans.

Depuis ton premier contrat professionnel, tu as évolué avec de plusieurs gardiens expérimentés (De Sanctis, Subasic, Benaglio…) auprès de qui as-tu plus appris ?

J’ai beaucoup appris de tous ceux que vous avez cité… Mais surtout avec Subasic, car c’est celui avec lequel j’ai évolué le plus longtemps, et je m’entendais super bien avec lui.

Tu fais tes grands débuts en 2016, à 18 ans, contre Fenerbahçe en tour préliminaire de la LDC… Qu’as-tu ressenti ce jour là ?

Un sentiment exceptionnel car je ne m’y attendais pas du tout ! J’étais donc très stressé… Mais tellement heureux !

A 18 ans, Loïc Badiashile est lancé dans le grand bain en Ligue des Champions, contre Fenerbahçe (1-1).

Actuellement, tu es prêté par l’ASM au Cercle Bruges. Quels sont vos objectifs collectifs cette saison ?

L’objectif est simple : viser le plus haut possible en championnat. Il  n’y a pas de limite à s’imposer, simplement prendre match après match.

“Mon objectif en Belgique ? Montrer mon talent”

Prêté au Cercle Bruges cette saison, il dispute sa première saison en tant que titulaire.

Malgré le potentiel de votre jeune équipe, le début de saison est mitigé… Pourquoi, selon toi ?

Oui c’est un peu compliqué… Il y a beaucoup de nouveaux joueurs, et nous ne nous connaissons pas forcément. Mais tout va s’arranger avec l’accumulation des matchs, j’ai confiance.

Tu es titulaire en club pour la première fois de ta jeune carrière… quels sont tes objectifs individuels en Belgique ?

Mes objectifs sont de montrer mon talent, et d’acquérir de l’expérience pour passer le cap de “jeune gardien talentueux” a “très bon jeune gardien”.

Prêté à Rennes la saison passée, il n’a pas obtenu le temps de jeu recherché.

Et à plus long terme, comptes-tu revenir t’imposer dans ton club formateur, malgré la concurrence à ton poste ?

Je ne sais pas si je vais y revenir… Après, on ne sait jamais dans le foot. Mais pour l’instant je n’y pense pas, je me concentre sur la saison actuelle.

Comment définirais-tu ton style de gardien ? 

Je suis un gardien explosif, qui prend énormément de risque et qui aime jouer avec les pieds.

Sinon… ton enfance était-elle imprégnée de culture congolaise ?

Evidemment ! Le Congo est aussi mon pays. Mes parents nous parlent tout le temps en lingàla, à l’époque nous regardions les théâtres congolais, et on mangeait très souvent congolais à la maison. Une partie de ma famille réside encore en RDC.

Et à tout hasard… quel est ton plat préféré ?

Kwanga na madesu !

“Je ne me sens pas encore prêt, au niveau de mon football, pour jouer en sélection”

Est-ce que tu suis un peu le football Congolais ? L’équipe nationale ?

Bien sûr je suis l’équipe nationale. On regarde chaque match avec toute la famille.

Tu as représenté la France en U16 et U18… Mais as-tu pensé à garder les buts des léopards un jour ? 

Oui, l’idée m’est déjà passée par la tête. Mais pour l’instant, je ne peux pas prétendre à l’équipe nationale sans avoir vraiment prouvé auparavant… peut-être un jour !

Tu es actuellement le seul gardien d’origine congolaise titulaire en première division européenne. Désormais, de plus en plus de supporters espèrent te voir en sélection… Serais-tu prêt à accepter l’appel de tes racines si tu étais sélectionné ?

C’est une très bonne question…  J’en serais honoré, mais pour l’instant la sélection n’est pas au programme immédiat. Je ne me sens pas encore prêt, au niveau de mon football, pour pouvoir y prétendre.

Tu as déjà eu des contacts avec la Fédération ?

Personnellement, non. Mais mon père a déjà été approché.

Beaucoup de jeunes talents d’origine congolaise fleurissent aux quatre coins de l’Europe, et votre apport serait considérable pour le renouveau de la sélection… qu’est ce qui pourrait faire hésiter un jeune binational a opter pour le Congo, de ton point de vue ?

Je pense que la sélection doit encore se développer sur le plan de l’organisation. A mon avis, une amélioration dans ce domaine fera une vraie différence.

 Pour finir, aurais-tu un message à faire passer aux supporters qui ont lu cette interview ?

Supporters congolais, naza mwana mboka !