Focus : Disasi, la force tranquille

Focus : Disasi, la force tranquille

@ 19 Fév 20 3121

Après avoir travaillé dans l’ombre et rongé son frein la saison dernière, Axel Disasi est désormais indiscutable au sein d’une séduisante équipe de Reims.

A 21 ans, celui qui n’a pas manqué la moindre minute de Ligue 1 cette saison a parfaitement manoeuvré un virage délicat : passer du statut d’espoir à celui de titulaire en puissance, en un rien de temps. Doucement, mais sûrement, il s’impose comme l’une des révélations de Ligue 1 en défense centrale. Et à 21 bougies, il a toute une belle carrière devant lui… Focus.

Les débuts…

Axel Disasi sous les couleurs du Paris FC, en 2015.

Natif de Gonesse (95) dans la région parisienne, Axel grandit dans la ville voisine de Villiers-le-bel. En juillet 2014,  il est repéré par le prestigieux Paris FC alors qu’il évolue à l’USM Senlis. Rapidement surclassé au sein de la PFC Academy, il dispute 4 matchs de Ligue 2 au cours de la saison 2015-2016.

Pas énorme, mais suffisant pour taper dans l’oeil du stade de Reims. Séduit, le club champennois le recrute comme stagiaire à l’été 2016. Auteur d’une excellente saison en CFA, il signe professionnel un an plus tard. Au cours de la saison 2017-2018, qui voit les rémois signer leur retour en Ligue 1 sur un titre de champion, il dispute 12 matchs pour sa première en pro.

La transition réussie

Après une saison d’observation, Disasi est devenu indéboulonnable à Reims.

Toutefois, le club souhaite assurer ses arrières pour réussir son retour dans l’élite. Le prometteur défenseur belge Björn Engels est prêté par l’Olympiakos, pour occuper une place de titulaire aux côtés du capitaine Yunus Abdelhamid. Derrière cette solide charnière et le malgache Thomas Fontaine, le jeune Disasi est le quatrième choix. Considéré comme une belle perspective d’avenir par le club, il s’arme de patience, travaille dur, et apprend. Il parvient cependant à grappiller quatre matchs pour sa première saison en Ligue 1, dont une titularisation mémorable face au PSG pour le dernier match de la saison (3-1).

Et cette saison, la chance a tourné. Björn Engels parti à Aston Villa et Fontaine à Lorient, le Franco-Congolais s’empare de la place laissée vacante en défense centrale. Depuis le début de la saison, il rend bien la pareille à son entraîneur David Guion, qui croit beaucoup en son potentiel. Titulaire 25 fois sur 25 en championnat (au 16 février), il n’a pas raté la moindre minute d’un match cette saison. Et pour cause…

Style de jeu

Défenseur intelligent et puissant, Disasi possède un gros potentiel.

Bien aidé par son gabarit (1m90, 87 kg), Disasi est un stoppeur puissant, très solide dans les duels et le jeu aérien. Toutefois, l’enfermer dans sa force serait réducteur… car sa première qualité reste son intelligence. Très bon dans l’anticipation et la lecture des trajectoires, il dégage une sérénité rare pour un joueur de son âge. Pas gêné par le ballon, il est également capable de dépanner au poste d’arrière-droit.

Ces attributs, cumulés à une rigoureuse éthique de travail, lui permettent de progresser. Son entente avec le capitaine Yunis Abdelhamid (32 ans) garantit la solidité des rémois, deuxième meilleure défense du championnat. «Axel est un jeune qui écoute et travaille bien. Il a un grand avenir devant lui» louait l’international marocain. Cette association maître-padawan a su résister aux “gros” du championnat (victoire face au PSG, Lille et Marseille, nuls contre Lyon et Monaco). Avec, à chaque fois, un grand Disasi à la clé.

Et les léopards ?

Son potentiel avait attiré les équipes françaises de jeunes en novembre 2017. Sélectionné avec la France U20, il obtient trois sélections avec les Bleuets. Néanmoins, sa dernière sélection remonte à juin 2018 et un match amical contre le Canada. Face à la grosse concurrence à son poste (et sans minimiser ses qualités), son avenir avec les Bleus pourrait s’inscrire en pointillés.

D’origine Congolaise par ses parents, Axel Disasi est également éligible pour les léopards. Mais il n’a, semble-t’il, pas encore été contacté par la Fédération. Et si le poste de défenseur central est relativement bien pourvu en sélection, son arrivée ferait indéniablement du bien. Les blessures de Luyindama et Bope, qui possèdent un profil un peu similaire, soulignent la nécessité d’avoir d’autres options sous la main. D’ailleurs, le tournoi de Toulon arrive à grands pas…