Angola-RDC (0-1) : le bol d’air !

Angola-RDC (0-1) : le bol d’air !

@ 18 Nov 20 2093

Au terme d’un match intense et âprement disputé, la RDC empoche trois points capitaux à Luanda. En préservant leur invincibilité dans le groupe D – et celle face à notre voisin du Sud-Ouest – les Léopards restent plus que jamais dans la course à la qualification. Analyse d’une victoire qui nous a donné des sueurs froides, mais qui fait du bien ! Voici les trois aspects principaux à retenir de cette rencontre, ainsi que les notes des joueurs.

Un axe central impérial ! 

Un autre mot pour qualifier la charnière Mbemba-Tisserand ?

Alignée pour la cinquième fois, la charnière Chancel Mbemba – Marcel Tisserand affiche une complémentarité qui devient intéressante. Costauds au sol et dominants dans les airs, le défenseur du FC Porto et son compère de Fenerbahçe ont bien tenu la baraque. Résilients et disciplinés dans le placement, ils ont contenu les assauts angolais en deuxième période, gagnants la quasi-totalité des duels. Hermétiques à la pression du résultat, ils ont su rester concentrés jusqu’au coup de sifflet final. Derrière eux, Joël Kiassumbua s’est montré très rassurant tout au long du match, et semble prendre confiance. Et si elle reste à confirmer face à des adversaires plus huppés, cette force mentale nous sera très utile pour la suite…

Chancelier na Ministre ! 

Une animation offensive à la peine 

La RDC a gagné, certes. Mais n’omettons pas les problèmes dans l’euphorie du résultat. Dont un que le but de Neeskens Kebano ne parvient pas à camoufler : l’inefficacité offensive. Au retour, comme lors du match aller, les Léopards rentraient aux vestiaires sans avoir cadré la moindre frappe. Et sur les deux matchs, les Léopards n’en ont cadré que trois. Pas brillant… A Luanda, le but de Neeskens était même le seul tir cadré de la rencontre. 

Comme ces statistiques l’indiquent, Gaël Kakuta et Cédric Bakambu sont passés totalement à côté de leur match. Les deux hommes, qui ont joué sans s’être entraînés, n’ont pas eu le tranchant nécessaire pour répondre aux attentes. Et la passe décisive de Kakuta, qui transmet la balle à Kebano avant son effort individuel, ne doit pas être un trompe-l’oeil. 

Par conséquent, si l’assise défensive semble acquise – ce qui est le plus important -, l’animation devant reste à construire. Toutefois, les multiples chamboulements dans ce secteur (Afobe, Assombalonga, Wissa absents, plus Kakuta et Bakambu sans entraînement) donnent une circonstance atténuante pour cette confrontation. Espérons qu’il en sera autrement pour les deux dernières journées.

Christian Nsengi, homme du match ?

Le coaching de Christian Nsengi a été déterminant dans la victoire.

Et on a le droit d’espérer. Car si Neeskens Kebano a été nommé homme du match par notre rédaction, le coaching de Christian Nsengi vaut également le détour. En sortant Moutoussamy, qui réalisait pourtant un bon match, pour le plus offensif Kebano dès la 53ème minute, le sélectionneur a fait un choix qui pouvait sembler étrange, mais qui a été payant. Repositionné un cran plus bas – alors qu’il n’est pas réputé pour sa hargne à la récupération – Gaël Kakuta offre la passe décisive à Kebano. En choisissant d’aligner cinq joueurs offensifs (Bakambu, Bolasie, Botaka, Kakuta, Kebano), face à une équipe qui jouait en contre, un véritable risque a été pris, dans l’unique but de scorer. Et on connaît la suite… 

Notes 

Kiassumbua

Issama 5

Tisserand 7 

Mbemba 7

Ngonda

Ngoma 5

Moutoussamy 6 (Kebano 7)

Kakuta 4

Botaka 5

Bolasie

Bakambu