Tournoi de l’UNIFFAC : Le débriefe avec le sélectionneur Eric Tshibasu

Tournoi de l’UNIFFAC : Le débriefe avec le sélectionneur Eric Tshibasu

@ 03 Mai 18 306

De retour du Cameroun avec une 2ème place conquise avec brio au tournoi de l’UNIFFAC, #leopardsfoot est parti tendre son micro au sélectionneur national Eric Tshibasu pour faire le débriefe de cette compétition qui a vu la RDC enregistrer 3 victoires  en 4 sorties, dont une défaite en finale face au Cameroun.

Léopardsfoot : Bonjour coach Eric, vous venez de terminer le tournoi de l’UNIFFAC avec la 2ème place. Quelles leçons tirez-vous de ce résultat et du tournoi en général ?
Eric Tshibasu : Bonjour, concernant notre résultat au dernier tournoi de l’Uniffac, c’est un résultat satisfaisant au vu de notre préparation et suivant les objectifs que nous nous sommes toujours assignés dans cette catégorie, c’est-à-dire : de permettre à nos futurs léopards de découvrir le niveau international et d’effectuer avec eux, un travail technique, de discipline et d’acclimatation au haut niveau. C’est pour cela que je l’ai toujours répété. Dans cette catégorie, gagner un tournoi n’est pas une fin en soi, c’est plutôt un bonus.  Notre fonction est de préparer un vivier de qualité dans lequel viendront puiser les catégories supérieures.

Leopardsfoot : 4 matchs, une seule défaite en finale face au Cameroun. Qu’est ce qui n’a pas marché dans cette dernière rencontre pourtant cruciale ?
Eric Tshibasu : Pour moi tout a bien marché. Peut être c’est parce que beaucoup de gens ne comprennent pas le message que je donne. Quand je dis que notre objectif n’est pas de gagner un tournoi ce n’est pas que nous manquons d’ambitions. Loin de là. Nous sommes des compétiteurs, quand on vient dans une compétition c’est pour la gagner. Mais quand je dis cela, c’est dans le sens qu’on ne s’arrête pas au résultat. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas gagné une compétition qu’on va remettre en question toute une équipe et tout un travail… Sinon sur cette finale ce qui nous a manqué c’est un peu de prise de risque, un peu de métier mais c’est normal. Ces joueurs sont encore jeunes,  ils n’ont encore que 16 ans et pour certains, c’était la première fois qu’ils jouaient à l’extérieur avec tous les aspects que cela comporte à savoir le publique et parfois l’arbitrage qui ne vous est pas favorable. Mais c’est bien, c’était un apprentissage, on n’a pas été ridicule au vu du score. Nous avons d’ailleurs à ce propos reçu les félicitations des personnalités comme Rigobert SONG ou encore Roger MILLA qui a reconnu qu’on était la meilleure équipe sur l’ensemble du tournoi.

Leopardsfoot : Vous avez insisté beaucoup sur l’aspect apprentissage. Justement, lequel de ces 4 matchs vous a donné le plus de satisfaction dans ce domaine ?
Eric Tshibasu : On a eu des matchs très difficiles, pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir les matchs et qui ne s’arrêtent qu’au score, ils auront l’impression que dans le début du tournoi tout a été facile. Mais au-delà de ça, pour moi, malgré la défaite en finale, je pense que ce match contre le Cameroun a été le plus abouti dans les consignes. Contrairement aux autres matchs où parfois nous n’avions pas su maintenir les consignes et le rythme sur 90 minutes.

Leopardsfoot : Nous avons eu échos qu’il y a eu quelques joueurs qui ont reçu des sollicitations ?
Eric Tshibasu : Oui, au sortir de ce tournoi, nous avons eu des joueurs qui ont reçu des sollicitations ce qui prouve que  la performance collective mais aussi individuelle a été positive !

Leopardsfoot : S’il y’avait des regrets à formuler, quels seraient-ils par rapport à ce tournoi ?
Eric Tshibasu : Juste qu’il nous faut travailler dans la continuité. Le TCHAD prépare son équipe depuis presque 2 ans. Nous les avions battu 7-1 il y a deux ans. Ils étaient venus avec une équipe constituée que de joueurs de 14 ans. On a retrouvé la même équipe cette année et ils n’ont perdu que 2-0 contre nous qui alignions une nouvelle génération… Le Congo Brazza de son côté prépare ce tournoi depuis 9 mois et le Cameroun a fait une préparation avec un passage au tournoi de Montaigu en France. De notre côté nous n’avons eu qu’une semaine pour le préparer.  Avec cela, nous avons quad même terminé 2ème. On peut donc se poser la question de savoir quel aurait été le résultat si nous avions débuté notre préparation 4, 5 mois avant, voir même une année avant ?

Léopardsfoot : C’est le 4ème tournoi auquel vous avez participé avec deux participations à l’UNIFFAC, une à la COSAFA et une à la Francophonie. Sur l’ensemble de ces compétitions et au regard de ces jeunes que vous encadrez, peut-on dire que l’avenir est assuré ?
Eric Tshibasu : Oui, parce que cela fait 4 tournois auxquels nous participons, et malgré le peu de moyens mis à disposition, nous terminons toujours dans les 4 premiers. Après c’est vrai que nous avons remporté aucun tournoi mais pour le faire, comme je l’ai dis précédemment, il faut des moyens et commencer les préparations plus tôt pour faire un travail de détection de fond.  Puis il y a une réalité, le manque de compétition des jeunes et la pénurie des centres de formations ne nous facilitent pas la tâche car beaucoup de jeunes arrivent avec des lacunes qu’il est difficile de combler en si peu de temps de travail. Il faut donc que les gens se rendent compte que ce n’est pas facile. Regardez Brazza, ils ont déjà débuté la préparation du tournoi de l’UNIFFAC du  mois d’août alors que de notre côté, rien n’a encore commencé. Ce sont des aspects qui ne sont pas faciles à gérer. Mais on travail malgré tout pour créer ce vivier.

Léopardsfoot : Mais vous avez quand même quelques satisfactions ?
Eric Tshibasu : Oui, celle de voir des joueurs intégrer les équipes A de leurs clubs ainsi que les sélections de catégories supérieures comme par exemple Arsène ZOLA qu’on a eu à la Francophonie et qui aujourd’hui est titulaire avec les A de Mazembe tout comme Trésor Tshibuabua avec LUPOPO et j’en passe…

Léopardsfoot : Aujourd’hui comment entrevoyez-vous l’avenir de cette sélection ?
Eric Tshibasu : L’avenir c’est un peu comme d’habitude. On essaye d’expliquer aux gens que la manière dont ils viennent voir les U17 ou les U20 ce n’est pas la même chose que de venir voir les A. Aujourd’hui même si les U20 ont été éliminés aux qualifications de la CAN, l’essentiel est le travail qui a été fait. On a découvert de nouveaux talents comme MAWAWU de Kuya, le petit KATALAYI d’Anderlecht, Nelson BALANGO de Boavista, Jackson MULEKA de Mazembe,  MASIKINI  de MK ou encore MAKANGILA de Lupopo qui sont des joueurs qui même s’ils ont raté le coche pour la CAN U20, ce sont des joueurs sur lesquels on peut compter pour l’avenir. D’ailleurs cela a été très bien rendu par le coach Florent IBENGE qui dernièrement a pris 2 joueurs, un de U17 et un de U20 pour participer à ses entraînements avec l’Equipe Nationale.

Léopardsfoot : Un travail dont les fruits ne seront peut être pas perceptible tout de suite ?
Eric Tshibasu : De toute manière nous n’inventons rien. Il suffit de voir des équipes comme la Tanzanie ou l’Ouganda actuellement. Ce sont des équipes qui il y a quelques années, ne passaient pas les premiers tours des préliminaires en jeune. Aujourd’hui,  le fait d’avoir tout le temps jouer ensemble, ces équipes sont devenus difficiles à battre en A, si on se réfère aux dernières qualifications au Mondial. Il faut qu’on arrête de se dire que parce que nous sommes la RDC, que tout va marcher d’un coup. Il faut un tout. Il y a des équipes très forte en jeune mais qui ne le sont  pas en A et inversement…

Leopardsfoot : Pensez-vous que votre travail n’est pas reconnu à sa juste valeur ?
Eric Tshibasu : Ah c’est vous qui le dites. Et c’est bien que vous le dites. Moi cela fait 10 ans que je fais ce travail. Je l’ai fait en Europe avec des joueurs tels que Tisserand et Mabwati qui sont aujourd’hui en équipe A. Si je fais le bilan de cette aventure commencée avec Flori Kayembe, Raoul Allambwa, Flora Kusa, Chico Ziélé et même votre média qui a été un des premiers à croire en nous et à nous suivre dans cette démarche, nous réalisons que nous avons eu entre nos mains beaucoup de joueurs qui jouent aujourd’hui les premiers rôles, sans parler de ceux avec qui nous étions déjà en contact comme Bakambu, Mpoku, Mavinga et même le feu Malanda que nous ne cessions de tenter de convaincre à rejoindre les léopards… On a fait ce travail sans attendre un retour juste parce que nous pensions que ce que nous faisions était juste et bénéfique pour notre pays. Aujourd’hui, les choses sont différentes, je le fais au niveau local avec de plus grandes responsabilités par rapport à ma fonction de sélectionneur national mais on a l’impression que ça n’avance pas beaucoup. Mais c’est ça le Congo, on garde Espoir d’un avenir meilleur.

Leopardsfoot : On peut donc espérer ?
Eric Tshibasu : Oui car on ne peut pas nier que les choses n’ont pas évolué positivement depuis ces dernières années. Mais notre frustration est juste que connaissant notre potentiel, on sait qu’on pourrait faire 5  à 10 fois mieux. Mais bon, nous avons déjà une base de données très importante de joueurs. De plus on renoue avec les tournois et on participe de plus en plus aux compétitions, c’est encourageant mais il faut continuer et améliorer nos préparations.

Leopardsfoot : Pour finir, quels sont les prochaines échéances pour le sélectionneur Eric Tshibasu et ses U17 ?
Eric Tshibasu : Notre principal objectif en ce moment est le tournoi de l’UNIFFAC U17 qui se jouera au mois d’août à Kinshasa et qui sera qualificatif pour la prochaine CAN U17, Tanzanie 2019  qui elle-même, sera qualificative pour le mondial de cette catégorie. Nous nous sommes déjà qualifiés pour une CAN U20, l’objectif aujourd’hui est de décrocher une qualification historique à la CAN U17. On a une belle génération,  je suis certain que nous pouvons ENSEMBLE… atteindre cet objectif.

Le parcours des U17 au Tournoi de l’UNIFFAC
RDC U17 vs CONGO U17 : 3-2
RCA U17 vs RDC U17 : 0-1
Demi-finale : RDC U17 vs TCHAD U17 : 2-0
Finale : Cameroun U17 vs RDC U17 : 1-0.