Séminaire CAF-FIFA : Infantino propose une CAN tous les 4 ans !

Séminaire CAF-FIFA : Infantino propose une CAN tous les 4 ans !

@leopardsfoot 03 Fév 20 947

Ce samedi 1er février, le Maroc a accueilli au complexe sportif Mohamed VI de Salé, un séminaire biparti CAF-FIFA sur le développement des compétitions et des infrastructures en Afrique. A l’occasion de ce séminaire, le président de la FIFA a présenté les préconisations de la FIFA sur l’arbitrage, les infrastructures et les compétitions de la CAF. Des propositions qui font suite à la volonté de la CAF de mener un ensemble de réformes au niveau du football africain.

Vers la professionnalisation des  arbitres Africains ?
Dans son intervention, le président de la FIFA a évoqué son désir de voir l’arbitrage africain se professionnaliser.  A l’image des joueurs, Infantino souhaiterait également que les arbitres africains accèdent à un statut professionnel en leur octroyant des contrats avec une rémunération régulière et confortable. Un projet pilote d’accompagnement de 20 arbitres choisis parmi les meilleurs du continent, pourrait ainsi voir le jour.

Une CAN tous les 4 ans avec la création d’une SUPER LIGUE fermée 
Au niveau des compétitions, Infantino a suggéré à la CAF de passer à une CAN tous les 4 ans  en expliquant qu’une CAN tous les 2 ans, ne permettait pas d’optimiser la rentabilité commerciale de la compétition phare africaine.  « La CAN génère vingt fois moins que l’Euro de football. Avoir une CAN tous les deux ans, est-ce bien sur le plan commercial ? Cela a-t-il permis de développer les infrastructures ? » a-t-il déclaré avant d’indiquer que cela permettrait également aux pays-hôtes de disposer de plus de temps pour se préparer. Ceci, en référence aux nombreux couacs qui ont émaillés les attributions des prochaines éditions de la CAN et du CHAN.

Infantino est également revenu sur sa volonté de créer une SUPER LIGUE fermée,  composée des 20 meilleurs clubs africains. C’est d’ailleurs à cet effet, que le président Moïse Katumbi, invité à ce séminaire pour parler de son expérience de président de club africain, va intégrer une commission qui aura en charge d’étudier la faisabilité de ce projet.

En parlant des compétitions, le président de la FIFA a conclu ce volet en invitant les fédérations membres à se pencher un peu plus sur le développement du football des jeunes et féminins.

Remettre les infrastructures aux normes
Enfin, concernant les infrastructures, Infantino a promis de débloquer plus d’1 milliard de dollars pour doter chaque fédération africaine d’au moins un stade répondant aux normes FIFA.

« Quand on regarde des matches de compétitions africaines à la télévision, il y a des personnes partout, des voitures à l’intérieur du stade, des spectateurs assis mais on ne comprend pas ce qu’il se passe, a-t-il taclé. Le match, qui devait commencer à 20h, débute à 20h10. Ou alors il ne commence pas parce qu’il a été repoussé aux jours suivants mais personne n’est au courant. Ce sont des situations qui affectent évidemment l’image du football africain. C’est pourquoi il faut investir dans les infrastructures … Nous élaborons un projet pour générer et mobiliser 1 milliard de dollars qui seront investis dans les infrastructures en Afrique, pour construire au moins un stade de top classe dans chaque pays africainMon objectif est qu’il y ait dans chacun des 54 pays d’Afrique au moins un stade de top classe. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, pour plus de la moitié des pays du continent. Lorsque l’équipe nationale joue, ça doit être une fierté pour toute la nation. Mais comment pouvez-vous être fier dans un stade qui a été construit 50 ou 60 ans plus tôt et qui s’écroule » a-t-il conclu.

Sur ce dernier point, il faut noter que la CAF a emboîté le pas de cette proposition avec la création d’une nouvelle commission en charge de l’inspection et de l’homologation des stades. Les éliminatoires du mondial 2022 devant débuter au mois d’octobre 2022, la CAF a décidé de mettre en place cette commission qui aura pour mission d’inspecter et d’homologuer les stades devant abriter ces prochaines qualifications. Composée de 26 membres, l’ex international congolais Herita ILUNGA et maître Emmanuel KANDE secrétaire général de la LINAFOOT et membre de la FECOFA, feront parti de cette nouvelle commission.

Le pdt Constant Omari lors de la restitution des travaux de sa commission

Photo de la nouvelle commission d’inspection et d’homologation des stades avec Hérita Ilunga et maître Emmanuel Kandé

Ci-dessous, la séance de restitution des travaux avec l’intervention du président Constant Omari, rapporteur de la commission d’experts ayant abordé le sujet du partenariat public-privé comme vecteur de développement des infrastructures footballistiques.