RDC – Zimbabwe (4-0) : Ils l’ont fait !

RDC – Zimbabwe (4-0) : Ils l’ont fait !

@ 02 Juil 19 2265

30 juin ô doux soleil…

Au bord du précipice après une défaite cruelle face à l’Egypte, les léopards ont sorti griffes et crocs. Face à un adversaire qui l’avait devancée en éliminatoires, la RDC prend une revanche tombée à point nommé, et accroche le wagon pour les huitièmes de finale ! Scénario quasi miraculeux lorsque l’on pense à l’entrée si peu convaincante dans la compétition… 

Disposés en 4-4-2, les poulains d’Ibenge ont surclassé le pays d’Afrique australe. Un doublé de Cédric Bakambu, le premier pion de Britt Assombalonga en sélection et un but bien mérité du vaillant Bolingi leur permet de s’imposer sur un score record dans cette CAN. Un carton plein et efficace qui rattrape la différence de buts défavorable et assure à l’équipe nationale une place parmi les meilleurs troisièmes avant même la fin de la dernière journée ! Un beau cadeau d’anniversaire à la nation, qui fêtait alors ses 59 ans…

  1. De bons augures…

  • Plusieurs présages entouraient cette rencontre, qui se déroule au stade du 30 juin (comment ne pas y voir un signe…). Dans l’entrejeu, Ibenge enregistre le précieux retour de Youssouf Mulumbu, dont la présence au pressing et le calme en possession ont beaucoup manqué contre l’Ouganda et l’Egypte. Et pour le plus grand bonheur des supporters, Chancel Mbemba redescend d’un cran. Zappé contre l’Egypte, le joueur du FC Porto compose la charnière centrale avec Marcel Tisserand, en lieu et place d’un Luyindama décevant lors des deux premiers matchs. Convaincant contre l’Egypte, Jacques Maghoma est reconduit, tout comme Glody Ngonda. Préféré à Arthur Masuaku contre l’Egypte pour contrer Mohamed Salah, le latéral de V Club est encore sélectionné au détriment de celui de West Ham. Sur l’aile droite, Chadrac Akolo obtient enfin sa chance. Et en attaque, Florent Ibenge décide d’aligner Bolingi et Bakambu, pariant sur le jeu aérien du premier et la vitesse du second.
  • En face, le Zimbabwe apparait affaibli. Le coach Sunday Chidzambwa dévoile un onze amputé de plusieurs éléments importants. Marvelous Nakamba, meilleur milieu de terrain des Warriors, est blessé. Trop juste pour être titulaire, l’attaquant Nyasha Mushekwi démarre sur le banc. Mais surtout, le poste de gardien est particulièrement fragilisé. En effet, le titulaire habituel Edmore Sibanda, auteur de 8 arrêts décisifs contre l’Egypte, est indisponible. Et improbable coup du sort, son remplaçant George Chigova se blesse quelques minutes avant le coup d’envoi. Par conséquent, Chidzambwa n’a plus le choix… C’est Elvis Chipezeze qui prend place dans les buts pour ce match à fort enjeu. Ce dernier, qui a effectué ses débuts en équipe nationale en mai dernier à l’occasion de la COSAFA Cup, n’est pas près d’oublier cette soirée.

2) … Suivis d’une entame idéale…

Auteur d’un excellent match, Jacques Maghoma a botté le coup-franc à l’origine de l’ouverture du score.
  • Et l’inexpérience du gardien de Baroka (Afrique du Sud) va s’avérer déterminante dès la 3ème minute. Sur un coup-franc bien travaillé par Maghoma, mais sans réelle puissance, le malheureux se troue complètement dans sa prise de balle. A l’affût, Bolingi ne se fait pas prier pour concrétiser son excellent début de CAN. Avec ce but inscrit d’entrée, la RDC voit sa confiance libérée et peut enfin lâcher les chevaux. Et pour Cédric Bakambu, l’envie d’inscrire, lui aussi, son premier but en CAN s’amplifie. Sur une touche rapidement jouée par Ngonda, il décoche une frappe flottante instantanée qui manque le cadre, mais véritable signe des ambitions congolaises (21′).

3)… Puis d’une déferlante…

 

  • Les léopards feront le break douze minutes plus tard. Matampi effectue une belle transversale sur Issama. Puis, profitant du mauvais alignement de la défense zimbabwéenne, le latéral de Mazembe lance Bakambu en profondeur d’une splendide passe de l’extérieur. Se présentant seul face au gardien, Bakagoal fait parler sa finition et expédie le ballon au fond. 2-0. ENFIN trouvé en profondeur, l’ancien goleador de Villarreal débloque son compteur à la CAN et exulte. Par la suite, les zimbabwéens auraient même pu rentrer au vestiaire avec un score plus lourd… A la 39ème minute, à la suite d’une belle action collective, Bolingi travaille son vis-à-vis sur le côté droit avant de servir Issama dans sa course. Le centre du latéral vétéran trouve Akolo, esseulé en pleine surface. La reprise du joueur de Stuttgart est trop écrasée sur Chipezeze, qui capte le ballon avec beaucoup de difficulté. La sale soirée du portier de 29 ans ne fait pourtant que commencer…

  • Blessé peu avant la pause, Jonathan Bolingi est contraint de céder sa place à Britt Assombalonga juste avant la mi-temps. Cruel pour l’ancien joueur du Standard, qui réalisait jusqu’alors un excellent match… Mais l’attaquant de Middlesbrough saura saisir l’aubaine, et affiche immédiatement une complémentarité intéressante avec Bakambu. Après un bel échange avec ce dernier, il chauffe les gants de Chipezeze (45+1).
  • Pour obtenir la meilleure différence de buts possible, les léopards ne doivent rien concéder. Et la seule vraie frayeur de la soirée survient à la 57ème minute. Sur une contre-attaque, Billiat accélère avant de servir Musona. Mais l’attaquant d’Anderlecht, en pleine glissade, ne peut reprendre de volée. Il parvient néanmoins à servir Mushekwi dont la talonnage astucieuse est parfaitement lue par Matampi, qui se jette sur le ballon tel un léopard sur sa proie. Et les léopards appliqueront la sentence cinq minutes plus tard…
  • Bien trouvé par Mulumbu, Assombalonga effectue un beau travail dos au but avant de lancer Bakambu en profondeur. En pleine course, l’attaquant du Beijing Guoan est fauché dans la surface par Chipezeze, qu’il avait effacé. Le point de penalty est logiquement désigné… Le goleador se fait justice lui-même et convertit l’offrande (64′). Encore un but et la RDC aura rattrapé sa différence de but négative…
  • Conscients de cela, les léopards ne cessent de pousser et finiront par obtenir gain de cause. Parti de sa propre surface, Tisserand casse 2 lignes avant de décaler Meschack. L’ailier du TPM fixe Darikwa, repique, puis décoche une frappe dont le rebond pousse Chipezeze à la boulette. En renard, Assombalonga propulse le ballon au fond des filets. A 26 ans, il inscrit par la meme occasion son premier but avec la sélection ! Présent au stade, son père Fedor, ancien léopard, ne peut retenir ses larmes…
Auteur du quatrième et dernier but, Britt Assombalonga inscrit son premier pion avec les léopards.
  • Les Congolais auraient même pu corser l’addition dans les dernières minutes. Sur une contre-attaque bien menée, le remuant Meschack accélère sur la droite puis brosse une merveille de centre vers Ngonda qui avait bien suivi. Malheureusement, le latéral de V Club manque totalement sa reprise et rate le ballon (88′). Heureusement sans incidence sur la suite de la compétition…
  • Après une entame catastrophique contre l’Ouganda, les léopards auront eu une belle réaction d’orgueil, malheureusement ingrate contre l’Egypte, mais enfin récompensée face au Zimbabwe. Et quand on y pense, ça aurait été tellement dommage de s’arrêter là…
Qualification cha cha, to zuwi ye !

NOTES :

Matampi : 7

Issama : 6,5

Mbemba : 7,5

Tisserand : 7,5

Ngonda : 6

Mulumbu : 8

Moke : 5,5

Maghoma : 8

Akolo : 7

Bolingi : 8 puis Assombalonga 7,5

Bakambu : 8,5