Mbemba de retour en défense… pour de bon ?

Mbemba de retour en défense… pour de bon ?

@ 05 Juil 19 3790
  • Titularisé en défense centrale aux côtés de Marcel Tisserand face au Zimbabwe, Chancel Mbemba remonte en flèche dans l’estime des supporters Congolais depuis sa prestation étincelante face aux Warriors. Et le repositionnement du Dragão un cran plus bas n’y est pas étranger… 
Chancel Mbemba a réalisé un excellent match face au Zimbabwe (4-0).

Sa meilleure prestation depuis plus d’un an…

  • Jusque fin 2017, plus précisément jusqu’au “mardi noir” du 5 septembre et le match face à la Tunisie (2-2), Chancel Mbemba était l’une des valeurs sûres de l’effectif. Très régulier, il décevait rarement depuis ses premiers pas avec les léopards, et ce malgré les débats naissants sur son positionnement au milieu. Mais un tournant négatif dans ses performances s’est amorcé après cette désillusion à Kinshasa. Alors un des meilleurs joueurs sur le terrain, sa sortie sur blessure à la 58ème minute avait porté un coup fatal à l’entrejeu qu’il tenait avec Jacques Maghoma. Avec les conséquences que l’on connaît…
  • Par la suite, Chancel a vécu une année 2018 particulièrement compliquée d’un point de vue individuel. Au lieu du renouveau tant espéré, celle-ci rimait avec un temps de jeu famélique au FC Porto et les résultats décevants de l’équipe nationale. Et si son positionnement était parfois questionné, celui-ci enflamme désormais les débats. Au cours des éliminatoires pour la CAN, les critiques à son encontre fusent. Souvent pointé du doigt comme le principal responsable de la désorganisation de l’entrejeu, il apparaît plus brouillon dans son jeu, perd davantage de ballons et ses percées offensives deviennent stériles. Surtout, il apparaît très souvent perdu sur le terrain… Mais est-ce complètement de sa faute ?

  • Pas vraiment… Primo, Mbemba n’a jamais occupé ce poste en club. Et le voilà titularisé dans un rôle où il faut avoir des repères particulièrement solides. Ensuite, son faible temps de jeu à Porto n’aide absolument pas, surtout à un poste qui n’est initialement pas le sien. Auteur d’un match difficile contre l’Ouganda (comme la quasi-totalité de l’équipe), il est victime des choix forts du sélectionneur contre l’Egypte. Pour la première fois  sous l’ère Ibenge, Chancel Mbemba passait une rencontre sur le banc. Seulement, Luyindama ne rassure pas contre les Pharaons, et l’ancien Mauve d’Anderlecht prend place aux côtés de Tisserand pour la rencontre plus-que-décisive face au Zimbabwe. La dernière fois qu’il avait évolué en défense centrale (en octobre 2017 face au Congo-Brazza), le chancelier avait ponctué une belle performance de son troisième but en sélection…
  • Et face aux Warriors, l’ancien espoir du FC MK n’a pas marqué de buts, mais beaucoup de points. Tacles puissants, belles anticipations, relances propres… on a retrouvé le soldat Chancel. Survenue au meilleur moment, cette performance pourrait bien rester dans les annales si la RDC effectue un bon parcours dans cette CAN.  Son tacle salvateur en pleine surface devant Knowledge Musona symbolise l’apport d’un défenseur moderne et complet, qui peut difficilement être remplacé dans notre effectif.

Mbemba au milieu : impossible, vraiment ?

  • Comme nous l’avons énoncé plus haut, le débat sur le poste de Mbemba est devenu ardent, mais ne date pas d’hier, comme en témoigne cet article daté de 2016 que nous avions publié à ce sujet: http://www.leopardsfoot.com/chancel-mbemba-stoppeur-ou-sentinelle/. Et si ses dernières sorties avec les léopards affirment le contraire, Chancel Mbemba peut tout à fait être un bon milieu de terrain. Cependant pas dans n’importe quel rôle…
  • Car n’oublions pas que ce pari de Florent Ibenge s’est d’abord avéré payant… En effet, c’est à l’aube de la CAN 2015 que le défenseur central prometteur d’Anderlecht est testé au milieu. Contre la Côte d’Ivoire à Abidjan (4-3), il est placé en sentinelle devant Cédric Mongongu et Gabriel Zakuani. En dépit des trois buts encaissés par les léopards, il réalise une performance encourageante. Par la suite, il joue toute la CAN au milieu de terrain, et ne récupèrera son poste de défenseur qu’occasionnellement : lors des matchs amicaux face au Nigeria et au Gabon en 2015, pour la déferlante 6-1 contre Madagascar en 2016 (intéressant…), et à l’occasion de la victoire face au Congo-Brazza en octobre 2017. Avant la confrontation face au Zimbabwe, sa dernière apparition en tant que stoppeur remontait en mars 2018, pour le match amical perdu en Tanzanie (0-2).
  • Toutefois, Mbemba est surtout apparu à l’aise au milieu lorsqu’il était accompagné d’un joueur capable de se projeter vers l’avant (souvent Maghoma). Cela lui laissait l’occasion de faire le “sale boulot” à la récupération, qu’il accomplissait souvent avec brio, et de laisser le rôle de relayeur à son partenaire. Mais lorsqu’il évolue aux côtés d’un joueur plus défensif (Mulumbu où Bope), il endosse lui-même le rôle de projection vers l’avant, avec bien moins de réussite… Si quelques unes de ses percées ont débouché sur un but – lors de la victoire décisive contre la Guinée en 2017 notamment- les exemples sont trop rares. Son manque de repères aux alentours de la ligne médiane engendre souvent des pertes de balles évitables où laisse des espaces dans l’entrejeu qui peinent à être compensés.
  • Le joueur l’avouait lui-même après la rencontre face au Zimbabwe : c’est un défenseur central avant tout. Et en l’absence de véritable “relayeur” parmi l’effectif actuel, conjuguée au retour de Youssouf Mulumbu, c’est à ce poste que l’on espère le voir débuter dimanche contre Madagascar.