Linafoot : La FECOFA vol au secours des play-offs

Linafoot : La FECOFA vol au secours des play-offs

Au cours d’une réunion extraordinaire, la Fecofa vol au secours de la LINAFOOT
La journée du vendredi 4 mars 2016 aura été très décisive pour la survie de la phase classique du championnat national. Et pour cause, au terme d’une réunion extraordinaire dirigée par son président, Constant Omari, la Fédération congolaise de football a pris la ferme décision de sauver les play-offs, malade de ses finances. La Fecofa en est arrivée à prendre la décision de financer elle-même, sur fonds propres, la dernière phase de ce championnat. Selon Emmanuel Kande, le porte-parole du président de la Fecofa, c’est pour raison d’indépendance et d’éthique que l’instance faîtière du football national a pris cette option. De ce qui précède, même avec des moyens de bord, la Fecofa ne peut que se mêler dans ce dossier dans la mesure où la Linafoot organise ce championnat national par délégation de pouvoir.

Merci tout de même
En même temps, avant de choisir cette voie, la Fecofa, selon Kande, a tenu à remercier vivement Alphonse Ngoy Kasanji, le président de Sa Majesté Sanga Balende, pour son geste posé, en vue de sauver les play-offs en injectant – quinze mille dollars américains – dans les caisses du comité de gestion de la Linafoot. Et par conséquent, pour décharger, certainement, la conscience dudit comité, la Fecofa a décidé de restituer, à Ngoyi Kasanji, ce qu’il a injecté comme bouée de sauvetage attribuée à la Linafoot.

Ngoy Kasanji lève l’équivoque
Mais auparavant, le même vendredi 4 mars 2016, comme sentant, par anticipation l’évolution des faits à la Fecofa, Ngoy Kasanji s’est exprimé sur son geste salvateur, dans un point de presse, cela dans le but de lever un certain malentendu entretenu, par une certaine opinion sportive. A en croire le président de Sanga Balende, au cours de cette entrevue avec la presse, cet argent n’est nullement une corruption et ne peut être assimilé à quelque chose de pareil, d’autant plus qu’il a été posé au grand jour.