Eric Tshibasu : « Nullement complexé, on y va pour apprendre »

Eric Tshibasu : « Nullement complexé, on y va pour apprendre »

@ 12 Juil 17 128

Les 8èmes Jeux de la francophonie, c’est du 21  au 31 juillet prochain, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Suivant le programme établi par le staff technique, sauf changement de dernière minute, les Léopards juniors de la Rdc quitteront Kinshasa,  ce mercredi 12 juillet 2017. C’est ce que l’on apprend de source proche de la Fédération congolaise de football. Joint au téléphone, pour de plus amples précisions, Eric Tshibasu, le sélectionneur national des Léopards de moins de 20 ans,   ne sait pas en dire davantage. Néanmoins, en attendant la concrétisation de ce déplacement au royaume chérifien, il peut faire l’état de lieu de sa troupe déjà internée, depuis quelques jours, à l’Hôtel Kampo, dans la commune de Barumbu. Mais, les entraînements s’effectuent, au centre Kurara Mpova, de la  Fédération congolaise de football.

Leopardsfoot: Où en est-on avec les Léopards juniors de la RDC, par rapport aux 8èmes jeux de la francophonie ?
Eric Tshibasu
: En soi, la compétition proprement dite s’ouvre le 21 juillet 2017. Les Léopards, eux, seront dans l’arène le 22 du même mois. Dans cet intervalle, nous avons une marge  de près de deux semaine pour peaufiner  notre artillerie. Dans un premier temps, il se pose un problème de rassemblement des joueurs. Notamment pour ceux que nous avons ciblés et  attendus de l’Europe dont, pour la plupart, ont intégré les rangs de leur équipe première.  Pour ceux qui ici, certains d’entre eux sont encore dans leur club respectif. C’est le cas de Mazembe, de V.Club ou du Dcmp.  Certains sont encore en pleine compétition africaine. D’où la difficulté de libérer certains  d’entre eux.  Autre problème, nous attendions six professionnels. On en aura que deux en provenance de l’Europe et un autre, en provenance du Cameroun sans oublier les quelques pions.

Leopardsfoot: Face à cette situation, comment allez-vous y pallier ?
Eric Tshibasu
: En principe, à la base, nous avons envisagé un groupe de 25 ou 26 joueurs pour n’en avoir qu’une vingtaine pour la campagne ivoirienne au cas où il y aurait des blessés. Vu ces différents forfaits,  nous allons,  ainsi, rappeler trois joueurs de moins de 17 ans, en renfort. Tel est le cas du jeune de la Jeunesse Sportive du groupe Bazano, d’Issa, le portier du centre  de formation, la Katumbi football Academy « KFA » ainsi qu’un défenseur gaucher d’une équipe de l’Epfkin. Avec lui – son nom m’échappe – nous étions champions de l’Uniffac. De la sorte, avec ce trio, on sera à 23, au stage. Mais pour le tournoi, on ne sera qu’à 20 tel qu’exigé. Pour les joueurs de l’intérieur du pays, nous avons enregistré l’arrivée de Jackson, le gardien de l’OC Muungano. On est aussi à l’attente de Nelson Balongo de Saint Trond qui va aussi arriver et d’Arnaud Mwedi de Bordeaux. Sans oublier que nous comptons énormément sur Chadrack Muzungu de V.Club, Arsène Zola de Mazembe et  Mukoko Amale du Daring.  Nous sommes au bon vouloir de leur club.

Leopardsfoot: Qu’en est-il du programme de la préparation ?
Eric Tshibasu
: Il était prévu que l’on soit ici, du 1er au 9 juillet. Dès le 9, nous devrions rejoindre le Maroc jusqu’aux alentours du 19-20 avant de rallier Abidjan afin d’aborder notre premier match contre le Canada, suivi de celui face à Haïti et enfin, devant la France. Pour l’instant, nous sommes encore à Kinshasa où nous essayons de nous entraîner au centre Kurara Mpova de la Fecofa.

Leopardsfoot: Là, on retrouve quasiment votre effectif du tournoi de la Cosafa, en Afrique du sud. Est-ce une façon de vous  faciliter la tâche ?
Eric Tshibasu
: Oui ! Nous avons privilégié l’esprit d’équipe avec l’option de correction des insuffisances qu’on y avait décelées. Par exemple, nous avions perdu contre la Zambie sur de petits détails évitables. Ces jeunes étaient en formation de façon globale c’est sur le plan du football et mental. C’est de cette manière qu’ils vont s’imprégner de l’esprit de la rigueur dans le travail pour toute leur carrière professionnelle pour ceux qui auront la chance de l’embrasser. Bon nombre de nos joueurs ont le talent. Il leur manque souvent cette rigueur. En tant qu’encadreur, nous devons nous y atteler. Cette rigueur est un des critères-clé dans ce que nous faisons. Quand on vient à l’équipe nationale, il y a certaines attitudes que l’on doit adopter et des devoirs auxquels on se soumet. Nous essayons d’inculquer cette mentalité à cers jeunes bien que cela paraît impopulaire. Certains joueurs qui s’étaient mal comportés  au dernier rassemblement ont été écartés. Mais pas définitivement. S’ils changent d’attitude, la porte leur sera ouverte. Nous tenons à bâtir quelque chose de solide pour l’avenir de notre football. La Zambie, championne d’Afrique de U-17 et quart de finaliste à la coupe du monde avait battu l’Allemagne. Cette Zambie nous avait éliminés sur une balle arrêtée. Ainsi, nous voulons dépasser ce cap-là. Aussi, nous faut-il une base solide sur cette rigueur. On l’a réussi avec  d’autres comme Marcel Tisserand, Cédric Mabwati et autres, au tournoi d Chancel Mbemba ou encore Bope au tournoi de Toulon. Et pourquoi ne le ferions-nous  pas avec ceux-ci ? Nous refusons de faire comme certains clubs ont de joueurs, à la conduite insupportable mais que l’on garde à cause de leur talent. En tout cas, pas ici. La Fecofa nous a bien instruits.

Leopardsfoot: Au-delà de tout, avec quelles ambitions irez-vous à Abidjan ?
Eric Tshibasu: Nous sommes des compétiteurs. Nous n’aimons pas perdre.  Mais, nous y allons d’abord, pour apprendre. Ce n’est pas que l’on a peur ou que l’on est complexé. Nous allons jouer contre la France, contre le Canada. Nous sommes le Congo et nous avons de la qualité tout en sachant que les autres sont des habitués et qu’ils ont une politique des jeunes que nous n’avons pas. Notre dernier rassemblement avait eu lieu en décembre dernier. Le suivant, c’est maintenant. Donc, ce n’est pas régulier. En toute humilité, nous ne perdons rien. Nous allons bien nous découvrir par rapport à d’autres nations.