Léopards : Chancel Mbemba stoppeur ou sentinelle ?

Léopards : Chancel Mbemba stoppeur ou sentinelle ?

@ 26 Avr 16 154

Après notre proposition d’analyse sur la manière d’utiliser pleinement les capacités de Cédric Bakambu, nous avons pensé que le rôle de Chancel Mbemba au sein des léopards mérite également d’être étudié.

Cette saison est celle de la révélation pour notre défenseur international en Premier League. Après avoir excellé en Belgique sous les couleurs d’Anderlecht, l’ancien du FC MK effectue, malgré des résultats collectifs très décevants, une bonne première saison sous les couleurs de Newcastle. Utilisé à chaque match (hormis les cinq qu’il a manqué pour cause de blessure) par Steve McClaren et désormais Rafael Benitez, il est considéré par les supporters, qui ont créé une chanson à son effigie, comme le meilleur défenseur des Magpies cette saison. Seulement, voilà : sur les 30 matchs (au 23 avril 2016) qu’il a disputé en Premier League, il démarrait à 27 reprises comme défenseur central, et 3 comme arrière droit, poste qu’il occupait pour pallier l’indisponibilité du néerlandais Daryl Janmaat. Mais avec les léopards, c’est bel et bien au poste de milieu récupérateur qu’il évolue depuis un an et demi…

En effet, depuis le 15 octobre 2014 et le match retour contre la Côte d’Ivoire à Abidjan, remporté (avec la manière) 4-3 par les léopards, Florent Ibenge a fixé le poste de Mbemba : “numéro 6”, posté en sentinelle devant la charnière centrale. Depuis, le joueur de Newcastle a vu plusieurs paires se succéder derrière lui (Mongongu-Zakuani, Kimwaki-Mongongu et désormais Kimwaki-Zakuani) mais n’a, quant à lui, plus jamais reculé d’un cran en match officiel.

Nous devons admettre que  ce rôle de récupérateur lui convenait parfaitement. La puissance de ses tacles et ses capacités d’interceptions ont permis de couper un grand nombre d’attaques adverses, et sa qualité de passe a souvent relancé le jeu des léopards. Doté d’une technique et d’une vision du jeu bien supérieure à la moyenne pour un défenseur central, on pourrait penser que l’utiliser comme stoppeur serait “gâcher” ces aptitudes, tandis que le poste de récupérateur lui permet de mettre à profit l’étendue de sa panoplie, physique comme technique. Le positionnement de Mbemba a également permis l’introduction dans le onze de départ de Gabriel Zakuani, très satisfaisant depuis les éliminatoires de la CAN 2015, et le développement d’une charnière assez complémentaire.

Néanmoins, depuis la fin de la CAN, Mbemba semble un peu moins à l’aise et son influence dans le jeu des léopards à tendance à diminuer quelque peu. Avant de fustiger le choix de Florent Ibenge de le maintenir en tant que milieu défensif, constatons que depuis cette période, le numéro 22 des Toons n’a plus vraiment évolué avec un relayeur sur qui il pouvait s’appuyer pour relancer le jeu des léopards, et doit souvent à effectuer le travail de “récupération- projection vers l’avant” tout seul. Durant les éliminatoires de la CAN, puis pendant la compétition, sa complémentarité avec Youssouf Mulumbu puis Cédric Makiadi permettait à la RDC de souvent remporter la bataille du milieu de terrain. Depuis les pépins physiques du premier cité et la retraite internationale du second, Mbemba n’a pas encore retrouvé un partenaire au milieu de terrain pour l’épauler dans cette tâche. Pour le match amical contre le Gabon en Belgique, il avait retrouvé son poste de stoppeur, formant une paire efficace avec Cédric Mongongu, laissant Rémi Mulumba occuper le milieu du terrain, ce qui avait plutôt réussi. Néanmoins, le manque de temps de jeu du jeune lorientais cette saison l’empêche d’être (pour le moment) un potentiel titulaire avec l’équipe nationale.

Quel est, selon vous, le meilleur moyen d’utiliser les capacités de Chancel Mbemba avec les léopards ?