Mercey Ngimbi : et maintenant, la cour des grands !

Mercey Ngimbi : et maintenant, la cour des grands !

@ 11 Nov 20 2220

Actuel leader de Linafoot, Maniema Union est bien parti pour surfer sur sa belle saison dernière. Jeu léché, cadres en forme, jeunes talents, un coach ambitieux… Le club de Kindu peut légitimement postuler pour une place de trouble-fête cette saison. Et surtout, Daouda Lupembe possède un joueur capable de dicter le tempo d’un match : son capitaine Mercey Ngimbi. Leader technique des siens, il vient d’être appelé en équipe nationale, et est en train de s’imposer comme l’un des meilleurs joueurs de Linafoot. Zoom ! 

Formé à Ujana, révélé en Italie ! 

Né à Kinshasa, Ngimbi grandit dans la commune éponyme de la capitale en 1997. Ses aptitudes balle au pied sont rapidement repérées dans son quartier, et il intègre en 2010 l’académie Ujana. Il y sera, avec Chadrack Muzungu notamment, considéré comme l’un des talents les plus prometteurs de sa génération. Champion de Kinshasa en 2012,  il est également finaliste de la Supercoupe de la capitale trois ans plus tard avec sa promotion.

En 2016, il est sélectionné pour participer au prestigieux tournoi de Viareggio, en Italie. Créée en 1949, cette compétition se tient chaque année à Viareggio, en Toscane. Les centres de formations de plusieurs cadors du championnat italien s’y affrontent, ainsi que plusieurs académies étrangères réparties sur les cinq continents. En bref, une exposition parfaite pour un jeune talent. Et ça tombe bien, Ngimbi ne va pas laisser passer l’opportunité. Ujana réalise un parcours contrasté (victoire 2-1 sur Cagliari, nul face au Milan AC 2-2, et défaite 5-0 contre l’Inter) mais Mercey est élu meilleur joueur du tournoi ! Alors arrière droit, il suscite l’intérêt de plusieurs recruteurs, et effectue un stage à Lugano (Suisse) dans la foulée. Ses performances lui permettent également d’intégrer les Léopards U20 pour le tournoi de la Francophonie.

L’année suivante, Ujana est reconduit à Viarreggio, mais perd tous ses matchs. Toutefois, Ngimbi arrive à se distinguer de nouveau, et réalise un autre stage à Braga (Portugal) quelques mois après le tournoi. Mais surtout, cette exposition lui ouvre les portes de l’AS Vita Club, qui lui propose un contrat professionnel à l’aube de la saison 2017-2018. Le club kinois remporte celle-ci, et offre son premier trophée au jeune talent. Ils seront également sacrés vice-champions de la Coupe de la CAF la même année.

Espoir à V-Club, cadre à Kindu 

Formé à Ujana, passé par V-Club, Ngimbi est aujourd’hui le capitaine de Maniema Union.

Mais barré par une concurrence plus expérimentée, le jeune talent s’envole alors pour Kindu et Maniema Union. Là-bas, il s’impose rapidement comme le leader technique, et contribue à la belle saison des siens, qui finissent au pied du podium en 2018-2019. Meilleur joueur de la Coupe du Congo remportée par les Dauphins Noirs (5 buts, 3 passes décisives), il attire alors les convoitises de certains clubs kinois : “C’est un joueur très complet, et simple dans sa façon d’être. Il est véloce, avec une technique très impressionnante” décrit le coach Isaac Ngata, avant d’ajouter :  “Je pense qu’il atteindra les objectifs qu’il s’est fixé. J’aurais souhaité l’avoir au DCMP, mais ça ne s’est pas fait. C’est la vie. Mais en tout cas, c’est un futur très bon joueur“. nous confie l’entraîneur d’Imana, joint par téléphone. 

Léopards : appelé pour rester ?

Mercey face au Congo-Brazza (1-0) lors du TIFOCO.

En 2019-2020, Ngimbi passe encore un cap, et confirme les promesses entrevues. Auteur d’une très belle saison sous la houlette de Guy Lusadisu, il tape dans l’oeil du staff technique et rejoint l’équipe nationale A’ pour le tournoi TIFOCO, qui sera organisé et remporté par la RDC. Une réussite qui ne surprend pas Eric Tshibasu, qui l’avait eu sous ses ordres aux Jeux de la Francophonie. “C’est un joueur très doué techniquement, avec une belle conservation de balle. Il est également bon sur les phases arrêtées et a cette aptitude pour frapper de loin.” nous assure-t-il. 

Et cette saison, Mercey ne fait mentir personne. Auteur de trois buts et d’une influence considérable sur le jeu de son club, le jeune capitaine prend ses responsabilités. Sa convocation en sélection, initialement pour compenser les forfaits, viendra catalyser la motivation d’un joueur déjà ambitieux et travailleur. Et s’il continue ainsi, il pourrait y avoir du monde au portillon à la fin de la saison…