Léopards : coup de gueule sur le cas Bahumeto

Léopards : coup de gueule sur le cas Bahumeto

@ 30 Jan 16 21

CAS JUNIOR BAHUMETO : QUAND UNE CERTAINE MEGALO PRESSE A SENSATION NOUS CRACHE DESSUS…

De Kinshasa à Kigali en passant par Goma et Gisenyi, les Léopards RD Congo engagés au Chan-Rwanda 2016 mènent paisiblement leur petite vie d’ascète, faite de nombre des privations, loin de certaines excentricités d’une certaine catégorie des personnes qui se croient tout permis, on ne sait trop pourquoi. La vie des autres, l’intimité ou même le respect de l’éthique professionnelle, aussi bien de la sienne que des autres catégories professionnelles sont la moindre de leurs soucis. Et même, la gestion de certaines informations stratégiques, pour notre équipe nationale les préoccupent aucunement.

Le sensationnel, la recherche du scoop, même au mépris de limites tolérées du pouvoir discrétionnaire des médecins ne les concerne pas. Ils peuvent même se permettre des diagnostics à distance des maux dont souffre certains joueurs, NTIC obligent. Même s’il serait indisponible, c’est au médecin de l’équipe de le confirmer au dernier ressort même si l’intéressé arrêtait de s’entraîner. Pitié pour nous les non-branchés qui pensent que la gestion de l’information est liée à certains principes de convenance sociétale et le journaliste, soit-il de grande investigation, est sensé tout connaître mais, pas du tout obligé de tout divulguer. Surtout, pour le cas d’espèce, il était question d’éviter d’armer l’adversaire, lui faciliter des informations sur certaines de nos faiblesses à base d’handicaps de santé de nos vaillants Léopards…

C’est aussi du journalisme responsable et positif que de nourrir d’espoirs des Congolais, sur l’évolution de santé de certaines de leurs stars, à l’instar de Junior Baumeto pour ne pas le citer, dont le dernier mot revenait au médecin traitant de l’équipe nationale, le très expérimenté Dr. Jean-Pierre Bungu Kakala, à qui l’on s’en remettait avant de balancer honteusement, sur l’autoroute mondiale de l’information, une pompeuse “pubalgie lombaire” qui n’avait rien des “douleurs abdominaux” évoqués quant à ce.

Et, pour se faire bonne conscience, l’on se réfugie derrière des confusionnistes tournures à l’instar de certains qui nourrissaient d’espoirs des Congolais sur la récupération de Junior Baumeto. En tout cas, il ne revenait pas à la presse, soit-elle proche de l’équipe nationale, de procéder à un diagnostic du malade,… Si, ce n’est le médecin de l’équipe qui demeure, jusqu’à preuve du contraire, l’unique et seule source auprès de laquelle l’on devait vérifier l’information. Cela relève également de l’abécédaire élémentaire du journalisme.

Mais, quelque part, une sagesse africaine renseigne, comme le vieux sage le disait, cela nous console : « L’homme jeune marche plus vite que l’ancien mais, l’ancien connait la route». Un minimum de modestie, de bon sens et de respect aux aînés ne ferait du mal à personne même si l’on est dans la cour du roi… Quant à nous, on laisse faire, on laisse aller, sur mesure, ceinture à notre petite dimension. A chacun son chemin et, trêve de tout! Il y a d’autres chiens écrasés à nous occuper, professionnellement… le moment est très mal choisi pour de la vaine polémique !

De Kigali (Rwanda) : Jerry G-D. ANGENGWA, Team Media Officer RD Congo