Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 3 : Belgique

Les binationaux à suivre cette saison ! Partie 3 : Belgique

@ 07 Sep 19 4248

Deux années compliquées ont ponctué la fin de l’ère Ibenge, et l’échec de la CAN 2019 aura sans doute marqué la fin d’un cycle en sélection. Désormais, la mise en place d’une phase de reconstruction est nécessaire pour aborder les prochaines échéances. Pour la mener à bien, un renouvellement (et un rajeunissement) de l’effectif doit progressivement s’installer.  

Et cela tombe bien car les jeunes talents d’origine congolaise n’ont jamais été aussi nombreux en Europe. Présents aux quatre coins du Vieux Continent, leur apport serait bénéfique à cette nouvelle ère, en alchimie avec les locaux. S’ils ont grandi en Europe, beaucoup de ces jeunes sont dotés d’une fierté liée à leur ascendance congolaise qui ne demande qu’à être matérialisée par une sélection leur offrant des garanties de sérieux et de professionnalisme.   

Parmi eux, certains privilégieront “l’aspect sportif” et opteront pour le pays dans lequel ils ont grandi. Mais à l’instar de Cédric Bakambu, Marcel Tisserand ou Arthur Masuaku, d’autres choisiront de représenter la patrie de leurs ancêtres, bien qu’ayant porté le maillot d’une autre sélection en espoirs. Ils pourraient tenter d’apporter leur pierre à l’édifice du vaste chantier qu’est le football congolais.   

A l’aube de cette saison 2019-2020, leopardsfoot vous présente, pays par pays, les jeunes talents à suivre cette saison en Europe !   

 

Pro League

Loïc Badiashile (gardien, 21 ans, Cercle de Bruges) 

 

  • Prêté par l’As Monaco, le jeune portier d’origine congolaise effectue un début de saison intéressant. Même si son club démarre mal et jouera certainement le maintien, le natif de Limoges est un des meilleurs joueurs de son équipe. Auteur de prestations plus que correctes et de plusieurs parades importantes. Il aura joué un grand rôle dans les premiers points obtenus par son club. Comme les nombreux jeunes prêtés par Monaco au Cercle de Bruges, Loïc Badiashile espère se mettre en évidence.
  • Durant la saison 2016-2017, il joue avec Monaco son premier match professionnel lors du tour préliminaire de Ligue des Champions contre le Fenerbahçe en entrant sur le terrain à la treizième minute à la suite de la blessure de Morgan De Sanctis. Au total, il n’a disputé que six rencontres avec son club formateur depuis ses débuts en pro. Le 31 janvier 2019, il quitte Monaco et rejoint le stade rennais en prêt avec option d’achat. Il terminera la saison sans jouer la moindre minute. 
  • Son prêt au Cercle de Bruges est l’occasion pour lui d’emmagasiner du temps de jeu. Titulaire dans la hiérarchie des gardiens devant Merveille Goblet, lui aussi d’origine congolaise, Badiashile va probablement connaître sa première saison pleine. 
  • Ex-international U18 avec la France, il a remporté le tournoi de Toulon en 2015. Âgé aujourd’hui de 21 ans, le grand frère de Benoit Badiashile (As Monaco) n’a pas encore été appelé en U21 par la France. Peut être l’occasion pour les léopards d’en profiter !

Stephane Omeonga (milieu de terrain, 23 ans, Cercle de Bruges)

 

  • Coéquipier de Badiashile au Cercle de Bruges, Omeonga est prêté par le Genoa (Serie A). Contrairement au portier franco-congolais, Stéphane Omeonga n’a pas démarré titulaire. Cependant, avec l’enchaînement des matchs et les mauvaises prestations de certains de ses coéquipiers, il recevra certainement sa chance et devra prouver de quoi il est capable pour obtenir plus de temps de jeu. Doué techniquement et très à l’aise balle au pied, il possède aussi la maturité des joueurs transalpins, comme a pu le constater Johan Walem, sélectionneur des U21 de l’équipe nationale belge par le passé : « Il a cette mentalité tirée de l’école italienne, il est attentif à tout, aussi à son hygiène de vie. C’est un grand professionnel et je tenais à lui tirer mon chapeau ». 
  • Né à Rocourt, en province de Liège, Omeonga débute à Flémalle avant de poursuivre sa formation au Standard de Liège. Il quitte Liège en 2013, pour rejoindre la capitale belge et le RSC Anderlecht. Il est demi-finaliste de la Youth League en 2015 avec l’équipe des moins de 19 ans d’Anderlecht. Lors de la saison 2017-2018, il s’engage en deuxième division italienne avec le club d’Avellino. L’année suivante il rejoint la Série A et joue avec la Genoa ou il signe un contrat de 4 ans. Au total, il dispute 25 matchs de série A avant d’être prêté au FC Hibernian, en Écosse (17 matchs) et de revenir en Belgique sous la forme d’un prêt au Cercle de Bruges. 
  • Il compte 12 sélections pour l’équipe espoirs des Diables Rouges, mais à 23 ans, Omeonga ne peut plus représenter les équipes des jeunes. Cet été, le Belgo-Congolais a disputé ses dernières rencontres avec les espoirs durant l’euro U21. Désormais, il ne peut que viser une équipe nationale A. Face à la forte concurrence à son poste au sein de l’équipe belge, le jeune ailier devra certainement favoriser une place,  qui ne lui sera toutefois pas acquise, chez les léopards. 

Loïs Openda (attaquant, 19 ans, Club de Bruges)

 

  • Même ville, autre club. Loïs Openda évolue au FC Bruges depuis la saison 2015-2016. Il fait ses débuts en Ligue des Champions le 18 septembre 2018 face au Borussia Dortmund à l’âge de 18 ans. En février, lors de la 24e journée de championnat belge, Openda marque son premier but pour les blauw en zwart. Attaquant très remuant et vif, capable d’évoluer dans l’axe comme sur les côtés. Il est considéré comme un grand espoir du football belge. Lors de la saison précédente, le rapide attaquant du Club de Bruges avait été sélectionné à vingt-cinq reprises par son entraîneur croate Ivan Leko.
  • Fils d’un père congolais et d’une mère Franco-Marocaine, Openda a connu toutes les catégories de jeunes des Diables Rouges. Il a été appelé pour la première fois en U21 par Johan Walem, afin d’affronter les Pays de Galles et la Bosnie dans le cadre des qualifications à l’Euro 2021, le vendredi 6 et mardi 10 septembre 2019. 
  • Le 29 avril 2019, Loîs a été élu meilleur jeune joueur d’origine arabe du championnat de Belgique de football, même si son père est congolais. Il avait été, selon l’un de ses proches, été approché par Mark Wotte en vue d’intégrer la sélection olympique des Lions de l’Atlas. Partagé entre trois sélections, l’actuel international espoir belge n’a pas fini de faire parler de lui…

Samuel Bastien (milieu relayeur, 22 ans, Standard de Liège)

 

  • Titulaire avec son club depuis le début de la saison, Samuel Bastien franchit un cap. Après son passage en Italie, à l’US Avellino et au Chievo Vérone, Bastien est revenu dans son club formateur en 2018 afin d’obtenir plus de temps de jeu. Choix payant pour le numéro 28 des Rouches, qui a pris part aux six premiers matchs du championnat actuel avec son club en tant que titulaire. Depuis le départ de Razvan Marin , l’ancien international espoir belge est devenu indispensable au sein de l’entrejeu liégeois. Il aura l’occasion de se mettre en évidence pendant la campagne européenne du Standard en Europa League, dans un groupe relevé avec Arsenal, Francfort et le Vitoria Guimarães.
  • Comme bon nombre de ses coéquipiers en équipe nationale espoir de la Belgique, Samuel doit maintenant penser à son avenir. Et s’il porte le nom de ses parents adoptifs, le jeune congolais n’en reste pas moins attaché à ses origines et ne manque pas de le rappeler. Il serait une option supplémentaire dans le milieu des léopards qui manque de joueurs avec ce profil.

Senna Miangue (défenseur, 22 ans, standard de Liège)

 

  • Encore un jeune joueur d’origine congolaise qui évolue au Standard. Formé à l’Inter Milan, Miangue n’aura disputé que cinq matchs pour les Nerazzurri. Par la suite, il signe un contrat de 5 ans à Cagliari mais ne joue que 16 matchs toutes compétitions confondues lors de la saison 2017-2018. Conscient de son faible de temps de jeu, il rejoint le standard de Liège sous la forme d’un prêt de deux ans. 
  • Latéral gauche, il est également capable d’évoluer dans l’axe de la défense. Très rapide et à l’aise techniquement malgré sa taille (1,92 m), le natif d’Anvers ne mesure pas ses efforts. Malheureusement, le Standard a engagé un nouveau latéral gauche en la personne de Nicolas Gavory, son principal concurrent. Cependant, l’enchaînement des matchs et la rotation que va probablement mettre en place le coach des Rouches afin de jongler entre les rencontres d’Europa League et de Pro League, vont lui permettre d’obtenir sa chance.
  • En Belgique, Senna Miangue est régulièrement sélectionné dans les équipes nationales de jeunes des moins de 15 ans jusqu’aux espoirs. À 22 ans, ses chances d’être sélectionné à nouveau sont minces. D’autant que le sélectionneur des espoirs belges a décidé récemment de faire appel aux joueurs nés après 1997. C’est l’occasion pour le staff des léopards d’entrer en contact avec ces jeunes joueurs talentueux qui peuvent renforcer l’équipe nationale de la RDC.

Anthony Limbombe (ailier, 25 ans, standard de Liège)

 

  • Probablement le joueur le plus expérimenté de cette liste… Anthony Limombe est né le 15 juillet 1994 à Bilzen en Région flamande. Il commence le football au FC Malines avant de rejoindre le KRC Genk en 2005. Il commence sa carrière professionnelle en 2010 dans son club formateur. Après deux années passées au NEC Nimègue au Pays-Bas, il signe au Club de Bruges en 2016 et gagne le titre de champion de Belgique (2017-2018). Le 23 août 2018, il signe en Ligue 1 et rejoint un certain Samuel Moutoussamy au FC Nantes pour une somme estimé à 10 millions d’euros, faisant de lui la recrue la plus chère de l’histoire du club. Il réalise une saison mitigée et se voit obligé de quitter le club la saison qui suit. Pour la saison 2019-2020, Limbombe revient en Belgique, au Standard de Liège sous la forme d’un prêt avec option d’achat. Il marque dès son premier match face au Cercle de Bruges de Badiashile à la 94e minute de jeu (victoire 2-0).
  • Ailier gauche rapide et technique, il a cette facilité d’éliminer un homme en un contre un. Ses centres et débordements sur son côté gauche font souvent très mal aux défenses adverses. D’autant plus qu’il est droitier et qu’il n’hésite pas à tenter sa chance en entrant dans l’axe pour frapper de son bon pied. Au Standard, Limbombe joue le rôle de joker et sort souvent du banc pour apporter de la vitesse dans le jeu afin d’épuiser les adversaires.
  • Lors de la saison 2017-2018, Limbombe se fait remarquer par le sélectionneur de l’équipe nationale belge et obtient sa première sélection le 27 mars 2018 en amical contre l’Arabie Saoudite. Il fait son entrée à la 46e minute à la place de Yannick Carrasco (victoire 4-0). Depuis, Anthony n’a plus été appelé par Roberto Martinez et a vu plusieurs joueurs lui passer devant dans la hiérarchie des ailiers belges, Thorgan Hazard, Yannick Carrasco, Nacer Chadli et plus récemment Benito Raman. N’ayant disputé qu’un match amical avec la Belgique, il reste encore éligible pour la sélection congolaise. À 25 ans et face à cette énorme concurrence. Limbombe se tournera peut-être vers le pays de ses parents.

Dylan Batubinsika (défenseur, 23 ans, Royal Antwerp)

 

  • Formé au PSG, Dylan Batubinsika entame sa troisième saison en Pro League avec l’Antwerp. Titulaire dans la charnière centrale anversoise, le Franco-Congolais bénéficie de la confiance de son coach et compte déjà 8 matchs depuis le début de la saison avec notamment un but marqué lors des barrages de l’Europa League. Une compétition qui leur a malheureusement échappé lors de la manche retour des barrages face à l’AZ Alkmaar (défaite 4-1). 
  • Particulièrement convaincant avec le club belge, Batubinsika et les siens occupent actuellement la neuvième position du classement de Pro League avec 5 buts encaissés, soit la deuxième meilleure défense derrière le FC Bruges, favori à la course au titre.
  • Entouré de plusieurs Congolais dans le noyau du Royal Antwerp, avec des joueurs comme Gaël Kakudji, Dieumerci Mbokani et le jeune Japhet Muanza. Le défenseur central n’a jamais caché son attachement pour les léopards. Et même s’il compte plusieurs sélections en U16 et en U20 avec les bleus. Il ne serait pas contre l’idée de représenter son pays d’origine. 

Albert Sambi Lokonga (milieu, 19ans, RSC Anderlecht)

 

  • L’un des joueurs les plus prometteurs de cette liste. Sambi Lokonga, le frère cadet de Paul-José Mpoku est un milieu défensif de 19 ans capable de soulager son équipe au milieu et de rester très calme balle au pied malgré son jeune âge. Doué techniquement, Albert possède une bonne vision de jeu, une bonne relance et maîtrise parfaitement ses placements sur un terrain. Des qualités qui lui permettent d’être efficace et important à la récupération. 
  • Contrairement à son frère aîné, Lokonga a suivi une formation à Anderlecht, l’éternel rival du Standard de Liège. Il fait sa première apparition en tant que professionnel le 22 décembre 2017 face à Eupen (victoire 2-0). Au total, depuis sa première apparition en D1 belge, il aura disputé 12 matchs. En décembre 2018, il est victime d’une rupture des ligaments croisés et voit sa saison se terminer. Il subit alors deux opérations et commence un long programme de rééducation. C’est au mois de juillet qu’il a repris les entraînements avec son équipe sous les ordres d’un certain Kompany. Lors de la 6e journée de Pro League, il effectue son grand retour. Comme un symbole, il entre en jeu face au Standard de son frère et se montre directement efficace à la récupération pour les Mauves qui remportent le clasico belge par la plus petite des marges et qui profitent pour jouir de leur première victoire en championnat cette saison. 
  • Dans le cadre des éliminatoires de l’Euro espoir 2021, l’anderlechtois a été sélectionner par le coach des U21 afin d’affronter les Pays de Galles et la Bosnie. Il s’agit de sa première sélection en U21, la dernière étape avant les A. Espérons que comme son frère avant lui, Albert Sambi Lokonga finisse par représenter son pays d’origine.

Théo Bongonda (ailier, 23 ans, KRC Genk)

 

  • Fraîchement transféré au KRC Genk pour la somme de 7 millions d’euros en provenance de Zulte Waregem. Il est le joueur le plus cher sur le marché des transferts belge. Bongonda est un ailier rapide et explosif, très fort en un contre un. Formé au Lierse, il a fait ses débuts en Pro League avec Zulte Waregem avant de tenter sa chance en Liga avec le Celta Vigo. En trois saisons en Liga, il a disputé 61 rencontres pour quatre buts et cinq passes décisives. Le 24 janvier 2018, il quitte la Liga et s’envole pour la Turquie sous la forme d’un prêt à Trabzonspor. 6 mois plus tard, il retourne en Belgique à Zulte Waregem où il a joué 39 matchs, inscrit 14 buts et délivré 14 passes décisives. 
  • Transfert interne record entre deux clubs belges, Bongonda est fort attendu pour ses débuts. Malheureusement pour son club, le joueur s’est légèrement blessé avant le début de la compétition. Et traîne encore une blessure au dos. Mais le Carolo de naissance pourrait bien être de retour dans le noyau de Genk le vendredi 13 septembre dans le cadre de la septième journée de championnat.
  • En 2016, Théo Bongonda s’exprimait au micro de la DH en faisant part de ses envies de jouer pour les Diables Rouges. Suivi, mais jamais appelé par Marc Wilmots, il espérait convaincre Roberto Martinez par ses bonnes prestations avec le Celta Vigo. Désormais revenu dans son pays natal, il va devoir se montrer avec son nouveau club notamment en Champions League, où Genk a hérité de Liverpool qui fait encore office de favori, de Naples et de Salzbourg. À 23 ans (il aura 24 ans en novembre), l’ex-international espoir belge (9 sélections) pourrait être un réel renfort pour la sélection congolaise. A noter qu’après le parcours des léopards à la CAN 2015, il s’était fendu d’un tweet où il exprimait sa fierté d’être congolais. Pour cela, il faudra que le staff des léopards parvienne dans un premier temps à entrer en contact avec le joueur qui, soit dit en passant,  côtoie en club Dieumerci Ndongala.

Landry Nany Dimata (attaquant, 22 ans, RSC Anderlecht)

 

  • Formé au Standard, Landry Dimata s’est surtout révélé lors de son passage à Ostende en 2016-2017. Auteur de 11 buts et 3 passes décisives en 24 matchs de Pro League il avait pu attirer l’attention de plusieurs grands clubs européens. Transféré à Wolfsburg à l’issue de la saison, il termine la saison sans marquer le moindre but en 21 matchs de Bundesliga. Une période compliquée qui n’empêche pas Anderlecht, de s’attacher ses services en prêt assorti d’une option d’achat pour la saison 2018-2019 qui sera levée au terme de sa première saison pour le club bruxellois.
  • Dès ses débuts, Dimata trouve le chemin des filets et finit la saison avec 13 buts et 4 passes décisives en 20 matchs seulement. En effet, le natif de Mbuji-Mayi est absent des terrains depuis le 10 février dernier suite à une blessure au genou qui l’a contraint à passer sur le billard. Il a raté par la même occasion l’Euro des espoirs 2019 dont il était le buteur avec 7 buts lors de la campagne qualificative des diablotins. L’attaquant d’Anderlecht ne s’entraîne pas encore avec le groupe, mais espère retrouver les entraînements et rejoindre le reste du noyau dès le mois d’octobre. Cependant, il faudra encore de longues semaines après son retour aux entraînements pour que le buteur puisse refouler les pelouses de Jupiler Pro League. 
  • Sélectionné à 13 reprises avec les espoirs belges, Dimata voit son avenir du côté des Diables Rouges. Il y a un an, Romelu Lukaku considérait l’attaquant d’Anderlecht comme son successeur en équipe nationale. Le jeune espoir étant blessé n’a pas encore été appelé par Roberto Martinez et espère que les prévisions de Lukaku se concrétiseront un jour. Il sera donc difficile pour la RDC d’attirer ce joueur, à moins que la concurrence présente dans l’attaque des diables rouges (Batshuayi, Benteke, Lukaku, Origi) fasse réfléchir l’anderlechtois dans son choix de sélection nationale.